Ceciel, Tête en l’air…

 

Mon homme, ce héros

A force de me plaindre de l’ingratitude de la vie de baleine en gestation, j’ai un peu perdu de vue un dommage colatéral, qui commence malheureusement à devenir critique : en tant que conjoint-de-moi, mon Prince-Prince est enceint. Et cet état n’est manifestement pas beaucoup plus confortable pour lui que pour moi.

Mon homme est beaucoup plus beau que ça, mais c'est la seule photo d'homme enceint sur le web

Ce fait inquiétant m’a littéralement explosé au visage pendant la nuit dernière. Plus exactement vers 2 heures du matin, quand j’ai découvert un lit vide (enfin sans mon chéri, parcequ’il est assez audacieux de qualifier de « vide » un lit occupé par votre énormissime obligée). Passées les quelques minutes réglementaires où j’espérais qu’il soit simplement en train de satisfaire un besoin naturel, je me suis résolue à la triste réalité : mon chéri avait déserté notre nid d’amour. Définitivement? Ouf, non. Poussé par le sens du devoir un instinct amoureux sans faille, il est heureusement revenu au bout d’un temps qui m’a semblé interminable. Compatissante, je l’interpelle : « Ca va mon coeur, t’arrives pas à dormir, je te dérange?« . Et là, le couperet tombe, sans appel : Ouais, tu ronfles« . Gasp. Un vrai sale coup, au coeur de la nuit, quand les défenses ne sont pas aiguisées et la verve au repos. Puis tentative de modération de ce propos toxique par mon amoureux : « Mais tu sais, je me sentais pas trés fatigué, j’avais pas trés envie de dormir« . Pieux mensonge. Est-il utile de préciser que mon chéri se lève à 6h45 tous les matins, et venait de passer une journée assez chargée ?

Bref, un grand moment de solitude (cela dit je me suis rendormie en 3 minutes top chrono, la culpabilité ne m’a jamais empêchée de ronfler dormir).

Mais cet évenement appelle une reflexion en profondeur. Car quelle affreuse femme je fais. Non contente de remuer toute la nuit, de me lever 4 ou 5 fois pour aller soulager ma vessie microscopique, de pousser des petits cris perçants à chaque faux mouvement (pour les non-initiés, le bébé roule dans votre bassin à chaque fois que vous changez de position, provoquant des craquements forts sympathiques et évidemment complètement indolores), de hululer à l’arrivée d’une crampe dans les zones les plus improbables (la palme revenant à l’intérieur haut de ma cuisse gauche -incroyable mais vrai- ) …voilà que je me découvre le pire des défauts : ronfleuse!

Essayant de faire preuve d’humour dans cette situation hautement non-glamour, j’ai proposé à mon douzétendre de me filmer pendant mon sommeil pour avoir à mon tour une idée de l’étendue des dégâts (maso je suis, maso je resterai). Emballé par l’idée, Prince-Prince s’est exécuté. Et voilà comme j’ai découvert sur son téléphone portable la vidéo la plus rafraîchissante de toute ma vie : dans le noir complet (il voulait pas me réveiller avec la lumière, fidèle à sa galanterie légendaire), on entend distinctement le ronflement sonore d’un ours au fond de sa grotte. Régulière, profonde, généreuse, la mélodie est puissante, et la conclusion limpide : je ronfle comme une vache mexicaine.

Toutefois, je voudrais modérer la portée humilio-deprimante de cet épisode pour remettre les points sur les i : en temps normal (c’est-à-dire hors gestation éléphantesque) je suis une fille qui dépasse pas les 55 kg, qui ne crie pas la nuit (sauf exceptionx inavouables), qui fait pipi de manière réglementaire -1 fois juste avant d’aller se coucher-, et surtout, surtout qui ne ronfle pas.

Alors à tous les maris enceint du monde, je voudrais dire : messieurs, souvenez-vous qu’une créature de rêve sommeille sous le déguisement adipeux et sonore dont s’est enveloppée bien involontairement votre pauvre moitié.

Si vous êtes sages et méritants, nul doute qu’elle sera de retour trés bientôt (en attendant la prochaine eclipse, généralement à intervalle de 18 mois, prenez des notes pour pas vous faire couillonner la prochaine fois), lestée d’un joli petit paquet rose et doux qui valait bien le coup. Il s’agit de votre adorable progéniture, dotée de 50% de vos gènes (information capitale à se remémorer les jours où vous serez tenté de hurler « Mais qu’est-ce qu’elle crie fort, ta fille! » à votre bien-aimée).

 

 

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 24 octobre, 2007
A 11:34
Commentaires : 2
 

2 Commentaires

  1.  
    Gourmeline
    Gourmeline écrit:

    tu m’as fait mourir de rire !

  2.  
    ceciel
    ceciel écrit:

    merci merci! et le meilleur, c’est que ça a même fait rire prince-prince :-)

Répondre

 
 

UN AN DE MA VIE |
angelca29 |
Monde en noir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A JEUDI
| youmeinthesky
| Tentation