Ceciel, Tête en l’air…

 

Noël entre copains, ou l’art du cadeau qui fait mal

Depuis 6 ans, mes amis et moi avons l’habitude de nous réunir autour d’un copieux déjeuner chez l’un d’entre nous, et de nous échanger par tirage au sort des cadeaux débiles en nous goinfrant comme des cochons. Généralement tout le monde finit bourré à 16 h 30 et on lance des défis débiles genre « celui qui fait le tour de l’appart le plus vite possible en sautant par-dessus le bar de la cuisine » ou encore « celui qui fait le plus grand nombre de bisous sur la bouche en 5 minutes, photos à l’appui ». Bref, des enfantillages mais ne boudons pas notre plaisir, on rigole bien.

Mais ces défis idiots ne sont rien à côté de ce que nous faisons à jeûn, dans le cadre de notre challenge « cadeau débile », qui a trouvé son apogée lors de la 3e édition du Noël entre amis. Et dont je fus la bien malheureuse victime.
En effet, nous sentions l’un des convives particulièrement satisfait de sa trouvaille. Naturellement, au tirage au sort, c’est la Céciel qui a gagné le droit d’ouvrir ledit cadeau. Sinon je vous raconterai pas cette histoire, hein?!
La forme du colis aurait dû me mettre la puce à l’oreille. Mais Céciel, chaste et pure tel l’agneau qui vient de naître, n’a pas immédiatement saisi le sens des ricanements lubriques qui l’entouraient. Quand tout à coup, apparaît la chose : une innomable et gigantesque théière dont le bec était grotesquement grand, remplacé par un immense sexe turgescent en céramique.

Evidemment mes amis m’ont forcé à rentrer avec mon trophée à la maison. Evidemment il était trop encombrant pour rentrer dans mes placards bondés. Evidemment il a traîné négligemment pendant plusieurs semaines sur la console de l’entrée. Evidemment un jour, le plombier est venu réparer un robinet, découvrant l’objet qui, depuis le temps, faisait partie du décor. Evidemment il m’a regardée d’un air interrogatif et surtout vicieux. Evidemment j’ai viré pivoine. Evidemment je me suis empressée de « perdre » la théière dans mon dernier déménagement. N’en déplaise à mes amis malveillants qui voulaient remettre en lice ce trophée chaque année.
N’empêche, le succès de cette théière lors de ce Noël en a fait une petite référence locale, et depuis, chaque année, nous nous efforçons tous de trouver LE cadeau qui détrônera celui-ci dans l’impertinence, le graveleux, l’embarassant, le sordide.

Généralement, chaque année, le pire tombe sur moi. L’année dernière j’ai reçu des dés coquins phosphorescents, qui lorsqu’on les lance, indiquent une action cochonne et une partie du corps sur laquelle la réaliser. Les dés sont toujours rangés sur mon bureau. Jamais servis. C’est Prince-Prince qui est déçu…

Dans un prochain épisode, tu sauras joli-lecteur ce que j’ai trouvé dans mes chaussons cette année, et quels jeux idiots nous avons inventé afin de nous ridiculiser mutuellement.

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 18 décembre, 2007
A 11:22
Commentaires : 0
 

Répondre

 
 

UN AN DE MA VIE |
angelca29 |
Monde en noir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A JEUDI
| youmeinthesky
| Tentation