Ceciel, Tête en l’air…

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 9 janvier 2008

Gros chagrin

Aujourd’hui j’ai décidé de bouder. De me plaindre. De screugneugneuner.

Bah oui, ma fille me fait des infidélités.

Cela fait 2 mois et demi que je l’allaite amoureusement, tenant mes seins open-bar jour et nuit, consommant du cumin/quinoa/lentilles/curry à tous mes repas pour encourager ma lactation, buvant 3 litres (3 litres!!!) d’eau chaque jour, tirant mon lait avec une abominable machine digne d’une exploitation agricole normande afin qu’elle ne manque jamais de mon précieux nectar lorsque je suis loin d’elle (rarement…)…

Et voilà que -reprise du travail oblige- j’ai commencé à lui proposer des biberons de lait en poudre en prévision des longues journées où je ne pourrais plus jouer la vache Milka. J’imaginais que Jolibébé allait protester, recracher cette horreur gustative, pouah, car rien n’égale le bon lait chaud de maman.

Rien. Nada. Que pouic. Après une légère moue, ma fille a accepté son nouveau biberon dans sourciller. J’ai cru qu’on m’arrachait le coeur et qu’on le piétinait avec un 33 tonnes. En souriant. Parceque ma gamine, en plus, elle avait l’air assez contente.

Le seul souci? Jolibébé n’a pas du comprendre le concept « 1 biberon remplace 1 têtée  » parcequ’un heure plus tard, elle réclamait le sein. Avec Jolibébé, c’est fromage ET dessert. Ou plutôt cassoulet ET MacDo. Pas folle la guêpe.

Blague à part, me voilà intronisée dans le monde des mamans. Et oui, j’ai pleuré deux heures lorsqu’elle a pris son premier biberon, autant que si elle avait quitté la maison avec un motard tatoué en me faisant un bras d’honneur.

N’empêche, chacune de ces têtées industrielles m’assassine littéralement le moral. Je suis au bord de la boîte de Lexomil.

Vous n’imaginez pas la différence qui existe entre la douceur d’un doux bébé lové contre votre peau chaude, le regard plongé en adoration dans le votre, le souffle coupé de boire goulûment le lait chaud que la nature vous a donné pour lui…et un bébé calé dans le coude de votre pull, les yeux tournés vers le lointain, têtant distraitement une énorme tétine en plastique qui lui dispense un lait tiède à l’odeur de farine.

Alors aujourd’hui, c’est gros chagrin, et c’est tout.

pleurs.jpg

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 9 janvier, 2008
A 19:28
Commentaires : 3
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 9 janvier 2008

Le diable s’habille en quoi, déjà?

dg.jpg

Cher lecteur, si tu es une lectrice tu vas rire. Sinon pas de bol.

Hier soir, Prince-Prince et moi avons regardé ce sublime navet qu’est Le diable s’habille en Prada. Je ne ferais pas de commentaire sur ce film presque aussi mauvais que le livre. On observera simplement une fois de plus que l’art de la nuance n’est pas parvenu jusqu’aux américains, pas plus que la capacité à supporter autre chose qu’une happy end. Heureusement que Meryl Streep est pas mal en vieille frigide sanguinaire, ça m’a permis de ne pas zapper, et donc de vous raconter ce qui va suivre.

Figurez-vous que dans ce film, l’héroïne s’y connait outrageusement mal en fashion-mode et que sa vilaine collègue en profite pour se moquer d’elle tout plein. Intervient alors ce savoureux moment où la jeune ingénue demande à sa collègue d’épeler le nom Gabbana. S’ensuit naturellement une situation hautement burlesque, hou la nullasse qui connaît même pas son Dolce&Gabbana.

Devant cet épisode hautement humoristique, j’ai froncé les sourcils en me disant que les ricains ils avaient quand même gravement mis le paquet en faisant comme si dans notre monde moderne il existait des gens qui ne connaissent pas Dolce&Gabbana. « Ils abusent un peu », je me suis dit.

Jusqu’au moment où Prince-Prince, qui regardait le film à mes côtés, m’interroge : « C’est quoi Gabbana? », qu’il me dit, le pôvre malheureux.

Ecrasant un rictus, mi-inquiète, mi-narquoise, je lui demande si c’est une blaque. Que nenni m’affirme-t-il.

Alors là j’en reste comme deux ronds de flancs, comme on dit en Franche-Comté.

Voilà la différence entre les hommes et les femmes. Yen a pour qui Dolce& Gabbana est un nom commun. Et d’autres pour lesquels c’est un nom proprement inconnu. Gasp. Serais-je rien d’autre qu’une authentique greluche, finalement???

 

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le
A 9:47
Commentaires : 4
 
 
 

UN AN DE MA VIE |
angelca29 |
Monde en noir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A JEUDI
| youmeinthesky
| Tentation