Ceciel, Tête en l’air…

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Mardi 15 janvier 2008

So long baby

Vous le saviez pas, mais la pluie sur Paris depuis deux jours, en fait c’est moi.

Car cette semaine, Jolibébé va chez sa nounou.

Pour bien faire les choses, nous y allons en douceur. Je me suis donné 15 jours pour l’acclimater. D’abord quelques heures sans moi. Puis une demi-journée. Puis une journée. Puis une semaine. Puis toute la vie

Je m’emballe. C’est juste que ça me semble une éternité quand je la laisse là-bas.

Hier, donc, c’était ma première fois. Mon dépucelage, en quelques sortes.

Une fois virée de l’appartement par ma nounou compatissante-mais-faut-pas-déconner, je me suis retrouvée dehors, sous la pluie, telle une misérable maman-alone, avec rien à faire d’autre que ruminer.

Du coup j’ai marché dans les rues et j’ai pleuré. D’où la pluie sur Paris. C’était pathétique.

Puis j’ai appelé Prince-Prince à son bureau. Et j’ai pleuré.

Ensuite j’ai appelé ma maman qui faisait les soldes…et j’ai pleuré.

Enfin, je suis allée à mon rendez-vous chez la sage-femme. J’ai vachement bien simulé la décontraction. Mais à l’intérieur, it was still raining.

pluie2.jpg
Pile une heure plus tard, j’étais de retour chez la nounou. En manque de came calins, telle une junkie.

La scène à mon retour? Jolibébé gazouillait sur le canapé, un sourire extatique collé au visage, bras et jambes remuant à qui mieux mieux. A ses pieds, la petite fille de 2 ans que co-garde sa nounou, lui chatouillait les chaussettes en lui racontant doctement que les papas et les mamans travaillent toute la journée pour pouvoir offrir des tours de manège à leurs bébés. Une petite fille fort éclairée, ma foi. Jolibébé va vite se faire dégrossir sur la vie et tout ça grâce à elle.

Demain, j’ai décidé de pas pleurer, et de laisser ma fille un peu plus longtemps à sa nounou. Et d’aller faire le soldes sans me noyer.

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 15 janvier, 2008
A 20:16
Commentaires : 2
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour le Mardi 15 janvier 2008

Patrick je te déteste

Pour les vieux routiers de ce blog, ce titre fait sûrement l’effet d’une bombe. En effet, il n’y a pas deux mois de ça j’encensais Patrick Bruel pour son bon goût, son intuition, chabadabada.

Et voilà qu’aujourd’hui je lui voue une haine toute nouvelle. Pour quelle raison?

patrickbruel.jpg
D’abord il s’est fait méchamment plaquer par la talentueuse Amanda Sthers. J’en conclue qu’il a dû faire quelques conneries. Mauvais point pour lui.

Mais c’est pas le pire.

A cause de lui mon week-end a été tout nul et tout pourri. Comment? A cause de la récente passion de Prince-Prince pour le poker. Evidemment tout ça est parti de l’émission de Patrick sur Canal plus.

Depuis que Prince-Prince a découvert cette émission, notre vie a changé. D’abord imperceptiblement (quelques visionnages sporadiques, une ou deux parties de poker entre potes), puis dans les grandes largeurs (irruption d’une table de poker dans notre salon, sédentarisation de malettes de jetons sous notre table basse, abonnement aux tables de poker sur facebook-encore-facebook, regardage d’émissions de poker sur toutes les chaînes du satellite), jusqu’à l’overdose lors d’une soirée poker le soir de Noël chez mes parents, avec plumage en règle de ma famille.

Mais le pompon, ce fut samedi soir. Lorsque Prince-Prince entreprit d’inviter 7 potes à poker chez nous.

Au début de la soirée, tous les 7 sont charmants, prévenants. Calins à Jolibébé, bouquet de fleurs pour la maîtresse de maison, conversations en bonne et dûe formes : tout se passait pour le mieux. On se serait presque cru entre gens civilisés.

Puis je suis allée me coucher. La partie a démarré. Et là, l’enfer a commencé.

De 22 heures à 5 h 30, je n’ai cessé d’entendre les allers-retours de ces vikings entre le salon et les toilettes (rapport aux litre de bière engloutis au cours de la soirée), leurs dialogue imbibés dans le couloir qui mène à ma chambre (et à celle de Jolibébé, accessoirement elle aussi endormie), et le claquement des portes de l’appartement au rythme des départs de nos délicieux convives et de leurs inspirations nocturnes (cuisiner un cassoulet à 4 heures du matin, notamment).

Tout ça, Patrick, c’est de ta faute. Point barre.

Et puis je prefère t’en vouloir à toi plutôt qu’à Prince-Prince. Lui, je prefère le voir comme la malheureuse victime de son addiction aux jeux d’argent. Sans quoi je risquerai de vraiment m’agacer. C’est un peu comme pour sa dépendance à la cigarette, on va dire.

Trop bonne je suis.

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le
A 7:12
Commentaires : 0
 
 
 

UN AN DE MA VIE |
angelca29 |
Monde en noir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A JEUDI
| youmeinthesky
| Tentation