Ceciel, Tête en l’air…

 

Episode 2 : la tuberculose ça fait mal

Suite des aventures de la joliefamille en week-end. Episode 2 : quand la tuberculose s’en mêle.

Mon récit doit commencer par un petit rappel préalable.

Depuis environ deux ans, ma santé n’est pas vaillante. Mon petit corps autrefois si fiable est devenue une sorte de grosse (trés grosse) usine déréglée suite à deux grossesses coup sur coup, dont l’une s’est mal terminée puisque nous sommes revenus sans bébé de la maternité. Après cela, l’arrivée de Jolibébé en octobre dernier fut donc un grand bonheur mais une femme ne sort pas indemne de la fabrication de 2 êtres vivants en 20 mois je vous l’assure.

J’enchaîne donc à présent les petits et gros bobos à un rythme effrayant pour moi comme pour ceux qui m’entourent.

A tel point que mon objectif dans la vie aujourd’hui n’est plus d’être riche et célèbre (quoique), ni même de rentrer à nouveau un jour dans un 36 (quoique), et encore moins de faire carrière (travailler plus pour faire gagner plus à la nounou : non merci) mais tout simplement de passer 1 semaine, rien qu’une, sans avoir mal quelque part.

Voilà pourquoi la semaine dernière j’ai gravement déconné.

Je me suis réveillée avec un gros gros mal de gorge. Mais je me suis dit que mon médecin allait faire une dépression si je retournais le voir encore une fois. Alors j’ai innové : j’ai décidé de lutter seule contre la maladie.

A grand renfort d’Actife* et de collutoires, je me suis battue vaillamment. Et j’ai évidement lentement décliné. De jour en jour les choses ont empiré. Après le mal de gorge, la fièvre. Avec la fièvre, le nez bouché. Avec le nez bouché les oreilles douloureuses. En bref je suis à malade comme un chien et je vais finir par quand même aller chez le docteur cet après-midi. Si vous aviez entendu son ton incrédule quand je l’ai appelé pour lui demander s’il avait de la place pour un rendez-vous avec moi : « Céciel, encore?! …Mais qu’est-ce-que je vais bien pouvoir faire pour toi?… ». Humiliation, souffrance…

 

Bref. J’en arrive donc à mes moutons : le week-end de la grande tuberculose.

Après 4 jours de ce pseudo-rhume mal soigné, le week-end en famille tombait bien à point.

Contagieuse comme pas permis, éternueuse patentée, enfievrée jusqu’au trognon, j’ai partagé ces 2 jours avec 3 enfants de moins de 4 ans et 3 personnes de plus de 75 ans.

Autant vous dire que j’attends impatiemment les retombées sûrement fructueuses de ce festin microbien. Je parie sur 3 malades minimum.

J’hésite à situer l’apogée du week-end : était-ce samedi matin lorsque la fièvre m’a littéralement convaincue que j’avais déjà vécu une matinée entière alors qu’il était 7h30, souvenirs détaillés à l’appui ? Etait-ce dimanche après-midi lorsque mes éternuements sans fin ont fini par susciter des regards horrifiés de ma belle-famille au grand complet…puis par me laisser ivre de fatigue m’endormir sur le canapé du salon la bave aux lèvres?

Non, je pense plutôt que le meilleur moment fut celui ou je manquai de mourir étouffée sous le masque médical dont je m’étais affublée pour changer Jolibébé. Avant de rire, essayez de respirer derrière un masque avec le nez bouché et des lunettes sur le nez : vous avez de la buée plein vos verres et votre oxygène se raréfie très très vite.

J’ai évidemment abandonné cette pratique devant l’air horrifié de ma gamine qui se demandait pourquoi une infirmière avait mangé sa maman. Après son stage intensif en milieu hospitalier, il est vrai que le revival du masque n’était pas la meilleure idée du monde.

 

Pour finir, je voulais juste dire aux ennemis des flageolets de belle-maman qu’ils ont tort de dédaigner cette charmante légumineuse méconnue. Fallait juste essayer d’en préparer soi-même au lieu de manger ceux en conserve qui baignent dans une flasque gelée blobesque moyennement appétante.

Ma belle-soeur, qui connait ma détestation dudit légume, a d’ailleurs essayé de me tendre plusieurs traquenards devant le gigot familial à grands coups de  » Céciel, tu manges des flageolets? Ah booooon?…. ». Mais j’ai tenu bon et j’ai fini mon assiette gluante. J’en ai même redemandé.
Ouais j’ai pas de couilles. Et alors?

Mais c’est pas si simple d’assumer ses goûts culinaires quand on est seule devant une floppée de bretons élevés au gigot-flageolets et à la galette du vendredi soir. Je fais ce que je peux.

Demain, je vous raconterai la suite et fin de notre périple provincial. Je vous expliquerai par exemple pourquoi c’est pas pratique de faire boire un biberon à un bébé couché et sanglé dans son couffin. Et puis vous saurez aussi pour quelle raison il ne faut jamais -jamais- entreprendre une discussion métaphysico-déprimante avec son mari pile au moment où il essaie de choisir l’embranchement de l’autoroute.

A bon entendeur…

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 15 avril, 2008
A 0:01
Commentaires : 7
 

7 Commentaires

  1.  
    Maman violette
    Maman violette écrit:

    ton BLOG, pas ton mail, nouille de moi!!

  2.  
    Ptitquick
    Ptitquick écrit:

    Faut arrêter Céciel… un jour je vais vraiment faire pipi sur ma chaise (et au buro, ça fait pas très classe !)

  3.  
    ceciel
    ceciel écrit:

    @Maman Violette, bienvenue parmi nous. Merci de demander de mes nouvelles (t’es bien la seule, les autres se contentent de ricaner derrière leurs PC…). J’ai une sinusite purulente, je souffre et je suis sous antibiotiques mais mon médecin m’a promis que j’allais survivre…

    @Ptitquick, tu me flattes j’en suis toute retournée. Quel beau compliment. Et mets des couches, au cas où.

  4.  
    Maman Violette
    Maman Violette écrit:

    Ahhhhhhhhhhh, me voici rassurée!!! n’empêche… sinusite purulente, ça sonne très « aïe »…
    Merci de me souhaiter la bienvenue, je compte bien venir souvent…
    BON COURAGE!

  5.  
    sublimissime
    sublimissime écrit:

    c’est joie,
    c’est fête,
    c’est la vie de Ceciel ….

  6.  
    ceciel
    ceciel écrit:

    MAMAN VIOLETTE, je pense que tu mérites bien ton pseudo : je vois que tu te fais du soucis pour moi et tout et tout. Ca me fait chaud au coeur tu sais.

    SUBLIMISSIME, oui je sais ma vie de desperate housewife te fais rêver. N’est pas Eva Longoria qui veut. Bououououhhhhhh

  7.  
    Maman Violette
    Maman Violette écrit:

    kreute, je suis démasquée… c’est juste que tu écris vraiment bien, tu as su éveiller mon empathie!

Répondre

 
 

UN AN DE MA VIE |
angelca29 |
Monde en noir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A JEUDI
| youmeinthesky
| Tentation