Ceciel, Tête en l’air…

 

Rencontre du troisième type

Combien d’entre vous ont déjà vu une fleur de courgette?

Combien d’entre vous savaient même que la courgette faisait des fleurs?

courgette.jpg
Mouais.

Je vois le genre.

Bon, je vais pas vous la jouer institutrice perverse : vous êtes nombreux à ne pas connaître la tête d’une fleur de courgette. Surtout les parisiens, faut bien le reconnaître. Cela dit, il y a au moins un breton campagnard qui fait partie du lot et qui n’est pas très fier de lui à ce propos.

J’ai nommé mon Prince-Prince. Si ça ce n’est pas de la délation je ne m’y connais plus.

Hum. J’en connais une qui fera moins la fière demain, mais qu’importe.


Soyons jeunes, insouciants et malveillants c’est tellement chouette.

Et puis j’adore me faire fouetter, vous le savez bien. Il n’y a qu’à étudier un peu les rapports que j’entretiens avec la concierge, la nounou, la pharmacienne et le gigot-flageolet pour savoir que je suis une grande maso.


Bon. Revenons à nos fleurs de courgettes.

Sachant que je suis une piètre cuisinière et que je suis aussi proche de la nature que Karl Lagerfled doit l’être de la Halle aux chaussures, ça peut surprendre que j’entreprenne de parler fleur et légumes.

Oui mais c’est pour la bonne cause; la maternitade ça vous gagne.

Car la maternité m’a permis d’adopter un nouveau regard sur la nature. Un regard borgne, bien entendu. Je compte évidemment fermer l’oeil sur un accouchement ou une séance de palpé-roulé au profit d’une bel oeil bien écarquillé sur les joies de la cueillette en famille.

Car nous sommes une famille a présent. Avec un mari un Jolibébé et un compte commun. Et ledit Jolibébé nous réveillant à 7h30 même le dimanche, il a fallu imaginer des trucs à faire afin de remplir les nouvelles heures réjouissantes que nous ne passons désormais plus à paresser amoureusement sous notre couette. (Soupir).
Ainsi, dimanche matin, Riri Fifi et Loulou sont allés cueillir des pommes à la Ferme de Gally.

p8310098.jpg

 

La vie est bien faite. Même les parisiens que nous sommes peuvent faire une rencontre du 3e type avec une fleur de courgette un dimanche matin de septembre. Il suffit de faire 20 minutes de route direction Versailles, de suivre les bus remplis de touristes japonais (inexplicablement passionnés par les potagers français), et vous êtes arrivés.

Des champs à perte de vue, et des panneaux un peu comme dans un camping. A droite les choix, haricots verts, framboises et pommes de terre. A gauche les salades, pommes, tomates et autres ennemis du scorbut.

Devant chaque champs, un panneau avec le prix au kilo.

Dans le champs des dizaine de culs. Des gros, des petits, de toutes les couleurs. Des culs dressés fièrement, dissimulant la tête et les jambes de leurs propriétaires forts occupés à cueillir des légumes.

Nous nous sommes donc joints à cette farandole magnifique pour cueillir :

- des courgettes : « Dis donc Céciel tu savais toi que les courgettes faisaient de belles fleurs comme ça? »

- des haricots verts : « Non Jolibébé, tu peux le cueillir mais pas le manger. Un haricot vert cru c’est cacabeurk. » Regard bovin d’une troupe de japonais admirant mon bébé si kawaï.

- de la salade : « Dis donc Prince-Prince tu crois que c’est normal d’avoir arraché la salade avec sa racine; chez Auchan elles ont les queues coupées d’habitude. Et puis ça c’est quoi? Ya marqué « Choux-fleur » mais je n’en vois pas. Ils sont cachés sous la grosse boule de feuille tu crois…?« 

…Et tutti quanti…

Rien que du banal, quoi.

Bilan de la sortie :

- 12 euros de fruits et légumes divers (courgettes, pommes de terre, chou fleur, pommes, haricots verts, maïs, salade)

- un Jolibébé épuisé, endormi dès son installation dans le siège auto

- une Céciel ravie d’avoir fait du sport (sic) et des courses en même temps

- un Prince-Prince goguenard de constater ce que Céciel est capable de qualifier de « sport », mais fort heureux d’avoir fait connaissance personnellement avec une fleur de courgette, et finalement très pressé d’acheter ses premières bottes caoutchouc à Jolibébé.

 

On a tellement aimé qu’on a décidé de retourner faire nos emplettes régulièrement.

Punaise, ce que c’est con un parisien.

Qu’est-ce qu’ils doivent se marrer de nous voir trimer, les mecs qui ont monté ce business…

 

 

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 2 septembre, 2008
A 0:01
Commentaires : 7
 

7 Commentaires

  1.  
    Ptitquick
    Ptitquick écrit:

    C’est émouvant un parigot qui découvre la campagne (enfin versailles, la campagne… hum… hum…)

    Ptitquick (Ardèche Powa !)

  2.  
    picapica
    picapica écrit:

    je suis morte de rire! dis tu as bien du voir un jardin de près ou de loin en Franche-Comté quand meme nan?

    fais gaffe aux limaces hein!

  3.  
    Laura
    Laura écrit:

    j’aime bien :) ))

  4.  
    Ptitquick
    Ptitquick écrit:

    Et le salon de l’agriculture hein ? c’est pas pour rien qu’il est organisé à Paris !
    Alors zou, l’année prochaine on réserve sa semaine (du 21 Février au 1er Mars 2009)…

    Pfff, j’vous jure, faut tout leur dire ;)

  5.  
    ceciel
    ceciel écrit:

    Ptitquick : je suis déjà allée au salon de l’agriculture. Deux fois. Parigote jusqu’au bout…

    Picapica : le pire c’est que jusqu’à mes 15 ans j’ai vécu à la campagne. En la détestant cordialement. On voit le résultat.

    Laura : merciiiii. Heureuse de te revoir!

  6.  
    Ashley
    Ashley écrit:

    Oui les courgettes ont des fleurs, et ça tombe plutôt bien sinon je sais pas comment on ferait les beignets de fleurs de courgettes (je suis fan de Bon Appétit Bien Sûr et du très mauvais français de Joël Robuchon)

  7.  
    ceciel
    ceciel écrit:

    Ashley : aaaaah! les beignets de fleur de courgette. J’en ai mangé il y a 10 ans à Cannes chez ma mamie et je m’en souviens encore. Une petite recette à me conseiller?

Répondre

 
 

UN AN DE MA VIE |
angelca29 |
Monde en noir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A JEUDI
| youmeinthesky
| Tentation