Ceciel, Tête en l’air…

 

Le panaris est cuit (cuit)

Je termine la semaine sur un titre comportant un jeu de mot sensationnel, non?

… Ce jeu de mots devient même magnifique si vous êtes nantais. Pour les incultes et les gonzesses allergiques au sport, sachez que là bas l’équipe de foot est toute vêtue de jaune, et comme le tifoso est très huitième degré, il les a habilement surnommé les canaris. Ainsi, lorsque l’équipe perd, il résonne dans le stade une drôle de chanson dont les paroles sont approximativement : « Ils sont cuits-cuits les canaris ».

Je sais. Cest de la haute voltige sémantique.

Bon, je venais vous parler comme promis du panaris de la nounou.

Comment vous dire?

Tout a commencé avant-hier.

J’étais toute à mon bonheur de journaliste freelance, en train de partir à la conquête du client (c’est-à-dire envoyer des mails partout en suppliant pour qu’on me fasse travailler) et organiser un déjeuner avec mon copain Mika qui a aimablement soudoyé son patron pour m’obtenir un rendez-vous lorsque…


…surgit la nounou, le doigt en l’air.
Au début je me suis dit « Tiens elle passe aussi le casting pour la pub Orange-Connecting-mon-lacet-de-chaussure », et puis devant son regard flasque et l’aspect de son doigt (cf photo ci-dessous et bon appétit bien sûr) je me suis qu’il y avait un os.

 

panaris.jpg

Ne me remerciez pas d’avoir mis l’image en petite taille. Quand je l’ai vu en grand j’ai failli vomir mon quatre-heures.

Bref.

Toute chahutée, elle me dit qu’elle a la fièvre, qu’elle a mal, que son doigt la fait pleurer et que la pharmacienne lui a dit qu’elle avait un canari.

Alors là je m’insurge, lui explique qu’aucun charmant volatile n’a pu lui transmettre un aussi vilain bidule. Nous mettons donc quelques minutes à accorder nos violons à propos de la cruauté des piafs, puis je la vois béatement tendre sa sucette à Jolibébé. Avec sa main plein de gros doigts visqueux et purulents.

Je hoquète. La mère abusive en moi à envie de sortir le lance-flamme mais je me me renseigne d’un compatissant : « Hum…il est contagieux votre canari ? ».

Elle me dit qu’elle en sait rien. Et réalise qu’elle n’a pas marqué des points sur ce coup là.

Manifestement elle n’est pas adepte du principe de précaution. Soupir.

Une fois invitée à rentrée chez elle se soigner et s’alimenter (la nounou et son canari font le ramadan), je me précipite sur internet.

Ouf.

Pas contagieux.
C’est juste un vilain tour des cuticules et autres ongles mal entretenus. Beurk mais pas grave.
Là ya plus que les filles qui suivent je le sais.

Le cuticule messieurs, ça a l’air comme ça d’un mot cochon mais c’est rien qu’un vilain bout de peau. Genre mini-prépuce des doigts.

Là, enfin, je retrouve mon lectorat masculin!

 

…ce qui est bien dommage puisque ce billet est terminé.

A lundi les zolis!

 

 

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 5 septembre, 2008
A 0:01
Commentaires : 4
 

4 Commentaires

  1.  
    Fantomette
    Fantomette écrit:

    J’ai fait le même sur l’oeil. Et on reste dans le volatile, puisque j’étais convaincue de faire un coquelet.
    C’était un orgelet, en fait, mais je garde l’image d’un coq qui me vient à l’esprit quand je pense à cet épisode…

  2.  
    picapica
    picapica écrit:

    plein de choses:

    *Ceciel t’es dégoulasse de me faire lire ça au piti dej, le choco BN il a envie de ressortir maintenant!

    * son canari est plutot immonde! je pense que je lui aurait trempé le doigt dans de l’eau de javel!

    *je suis morte de rire sur le coquelet de fantomette!

    * bonne journée :)

  3.  
    Laura
    Laura écrit:

    et tu l’as pris en photo! ohlalaaa Ceciel..

  4.  
    Ptitquick
    Ptitquick écrit:

    Mais pourquoi j’ai lu l’épisode du jour AVANT d’aller dîner !?!

    Elle a un problème ta nounou, parce que pour en arriver là, il faut souffrir le martyre et ne pas connaitre le désinfectant…

    Beurk…

Répondre

 
 

UN AN DE MA VIE |
angelca29 |
Monde en noir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A JEUDI
| youmeinthesky
| Tentation