Ceciel, Tête en l’air…

 

Femme indigne

Il m’arrive un drôle de truc depuis 2 jours : je suis célibataire.

femmeindigne.jpg
Mon Prince-Prince a déserté le nid familial pour une formation de 3 jours en lointaine banlieue. Il ne se plaint pas le bougre. Au programme : sessions de travail en petits groupes sympathiques, hôtel somptueux, champagne et golf. Sans parler de la suite princière dans laquelle il loge et qui semble parfaitement digne de son pseudo sang bleu.

Dans ces conditions, on pourrait penser que je ronge mon frein, seule avec Jolibébé telle la vieille chaussette, mais il n’en est rien.

Au départ, l’option vieille chaussette m’apparaissait comme la seule possible. Avec force trémolos dans la voix, j’ai donc préparé ce couard de Prince-Prince aux plaies d’Egypte qui ne manqueraient pas de me tomber dessus en son absence.

Il est vrai que précisément ces jours-ci, j’étais sensée :

- travailler, travailler, travailler sans relâche et répondre à plein de sollicitations de Joliclients empressés de faire connaissance avec votre obligée (et ouais, Success is my destiny).

- passer une échographie pour cause de truc bizarre dans mon corps (je vous arrête tout de suite, rien qui ressemble à un têtard affublé d’un panneau « Would you be my Mummy »)

 
- survivre à une semaine sans ma maman partie glander en Angleterre pour faire la tournée des pubs. Quelle gourgandine celle-là.

 
- initier Jolibébé à la « gymnastique poussins » dans un club d’éveil bébésque local

- entamer un marathon administratif digne des JO de Pékin. A savoir : CAF, CPAM, Mairie, Assedic, ANPE, CCI. Ca vous en bouche un coin, n’est-ce pas? Espérons que tout cela serve à quelque chose mais bien entendu je ne le saurais que lorsque les sous tomberont sur mon compte. Ou pas.

Tout ça avec une nounou (que nous appellerons désormais Madame Canari pour des commodités narratives) en plein ramadan, aussi énergique qu’un loukoum sous prozac malgré ses dénégations forcenées « Mais non je suis pas fatiguée, j’ai l’habitude Madame ».


Ses cernes jusqu’aux genoux et les mille détails ménagers qu’elle néglige me prouvent le contraire, mais comme je suis bonne et qu’elle a finalement renoncé au port du voile pour des motifs que j’ignore mais dont je me réjouis je l’avoue, je m’estime pas si mal lotie.

Pourtant, miraculeusement, je suis heureuse.

Pour quelle raison?

Je suis une femme indigne de la pire espèce.

De celles qui pensent que parfois c’est bon d’être seul. Rien de moins.

 
Pas de mari qui réveille Jolibébé à 7h30. Vous serez d’ailleurs heureux d’apprendre que le rythme naturel de Jolibébé est d’ouvrir l’oeil à 9 heures. Niark niark niark.

Pas de mari qui rentre à 21 h 30. Acte lourd de conséquences : entretemps je tente généralement de retenir le sommeil de Jolibébé sans succès afin qu’elle aperçoive son papa. Je mange ensuite la totalité des trucs non-avariés présents dans le frigo en l’attendant, ainsi que tout ce qui passe à portée de mon estomac kleptomane (gateaux apéro, cookies, coca etc.). Naturellement nous nous couchons fort tard et contrarié du déroulement hautement nul de nos soirées. Et le lendemain tout recommence à 7h30.

Mais depuis 2 jours, rien de tout cela. Que nenni! A la maison, c’est open-bas liberté et oula-oup. Trop classe.

En gros ma vie de clibataire, ça donne ça:

A 19h45 Jolibébé dort du sommeil du juste après un biberon radieux et quelques chatouilles.

A 20 heures Céciel mange un repas équilibré sans le steak ni les patates obligatoires pour tout estomac poilu. Florence Foresti, si tu nous lis, je t’aime.
A 21 heures elle téléphone à ses copines. Certaines lui apprennent même qu’elles ont un têtard à panneau dans le bidon et on sort les cotillons et le Champomy.

A 22 heures elle a (enfin) le temps de bloguer depuis le fond de sa couette en mangeant du riz au lait à la vanille. Miam.
A 23 heures elle appelle Prince-Prince pour lui dire combien il lui manque.

Son nez s’allonge.

Elle soupçonne que celui de Prince-Prince a fait de même au moment où il a prétendu lui aussi souffrir de cet éloignement inhumain. Il narre ensuite ses vacances avec Tiger Woods. A moins que ce ne soit ses cours de finances mondiales avec Bernard Tapie, je suis plus très sûre.

A 23h05 Céciel s’endort comme une bûche pleine de bonheur.

Demain c’est fini. Prince-Prince is back. Youpi.
Hum.

 

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 9 septembre, 2008
A 22:11
Commentaires : 2
 

2 Commentaires

  1.  
    gourmeline
    gourmeline écrit:

    En même temps je te comprends complètement !!!!

  2.  
    Camille0507
    Camille0507 écrit:

    Me voilà toute rassurée… Mon chéri a un séminaire la semaine prochaine et j’angoissais d’être seule avec bb ! Ouf je suis toute excitée maintenant !!! vivement jeudi prochain ;o))

Répondre

 
 

UN AN DE MA VIE |
angelca29 |
Monde en noir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A JEUDI
| youmeinthesky
| Tentation