Ceciel, Tête en l’air…

 

London bridge is falling down…

Connaissez-vous cette comptine?

Mon anglaise maman me la chantait lorsque j’étais toute petite, ainsi que « Twinckle, twinckle, little star » et « Humpty Dumpty sat on a wall ».

En effet, bien que sa carte d’identité française affirme le contraire, ma mère est anglaise. Sa naissance dans l’improbable ville de Chambéry n’est vraisemblablement qu’une diversion sur le chemin de l’Australie qu’empruntaient alors ses parents.

Oui je sais, Chambéry ne se trouve pas exactement sur la route du kangourou, mais mes grands-parents maternels étaient de sacrés originaux, j’aurais sans doute l’occasion de vous en reparler un jour.

 
En tout cas mon anglaise maman a longuement vécu en Australie, a fait ses études secondaires dans la langue de Shakespeare et songeait comme ses frères et soeurs ainsi que ses parents à s’installer à Londres lorsqu’elle le rencontra. Papa. Mon papa.

Il faut que je vous dise.

Mon papa entre autres caractéristiques très hautes en couleurs (pied-noir oblige) se trouve être terriblement rétif à l’apprentissage des langues. Je livre ce terrible secret d’autant plus sereinement qu’il se trouve être un genre de petit génie des mathématiques. Ca compense, non?
Cela dit, les plus grandes qualités intellectuelles ne sont d’aucun recours lorsqu’on possède une oreille piteusement dénuée de sens musical. Et mon pauvre papa est victime de ce phénomène.

En gros, sa culture musicale s’arrête aux Beatles et à Elvis Presley. Il aurait pu tomber plus mal, c’est certain, je partage d’ailleurs ces goûts.

Seulement, il y a comme 40 années de créations postérieures auxquelles mon auguste père a beaucoup de mal à s’intéresser. Ceci malgré une escapade presque inavouable du côté de celle qu’il a considéré comme l’ultime artiste pendant plusieurs années : Bonnie Tyler.

Pour ceux qui l’ignorent, il s’agit de la dame à la voix rocailleuse qui hurlait sa « Total eclipse of the heart » dans les années 80. Son équivalent français aux yeux de mon père étant la très rock’n roll Patricia Kaas. Il fallait oser réunir ce binôme étonnant. Il l’a fait. C’est aussi pour ce genre de raisons que j’aime mon père. Il sait être subversif et nager à contre-courant sans aucun effort apparent.
Le paysage étant posé, il est temps de vous révéler la raison pour laquelle je vous livre ces petits secrets de famille sans conséquence : cette semaine mes parents étaient à Londres.


A l’occasion d’une semaine d’immersion lingusitique pour mon papa rétif à l’anglais mais fortement obligé d’employer cette langue dans le cadre de son travail, ma mère s’est jointe à lui afin d’aller rendre visite à sa famille installée en la perfide Albion.

Résigné depuis quelques années à l’indispensable usage de l’anglais, mon père partait presque de bonne humeur à la rencontre de son professeur attitré de South Kensigton.

La semaine d’immersion étant la seule solution que ses patrons ont trouvé pour l’encourager à progresser, contrant ainsi son principal argument lorsqu’ils lui demandaient de parler anglais : « Mais on est en France, bordel! ». (Non mon père ne vote pas Le Pen, ne vous méprenez pas, il est juste allergique au parlage bizarre non estampillé Petit Robert).

Enchantée de pouvoir faire un shopping sauvage pour ses petites-filles, ma mère envisageait sereinement cette semaine de presque vacances.

La semaine s’annonçait donc presque divertissante. Elle le fut d’ailleurs aux 3/4.

Lorsque.

 
Lorsque jeudi…il arriva ça :

eurostar.jpg

Des tas de gens coincés sur un quai la veille d’un week-end. Un incendie dans le tunnel sous la manche a rendu impossible toute circulation des Eurostars prévus.

Et devinez qui devait se trouver dans le train de vendredi 16 heures en première classe direction de Paris?

Ah ah ah…

La perfide Albion a encore une fois été à la hauteur de sa réputation. Finalement Chambéry c’est pas glamour mais c’est moins casse-gueule comme destination.
 

C’est tout pour aujourd’hui.

 

(Attention cette semaine j’ai plein de travail youpitralala donc difficile de poster chaque jour. Je ferai au mieux…)

 

 

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 15 septembre, 2008
A 0:01
Commentaires : 5
 

5 Commentaires

  1.  
    saperli
    saperli écrit:

    la semaine va donc se prolonger un peu, au plus grand profit de l’apprentissage de l’anglais pour Monsieur ton père…Ta maman devrait continuer de ne lui parler qu’anglais afin qu’il ne perde rien de ce qu’il a appris …

  2.  
    ceciel
    ceciel écrit:

    Saperli : tu rigoles, ma mère ne parle jamais anglais à mon père…elle est pas assez équipée au niveau gilet pare-balles et tout ça.

  3.  
    Ashley
    Ashley écrit:

    Pour une fois qu’il arrive un truc pas cool dans les transports et que je suis pas dedans, je suis à deux doigts de faire péter le champomy là (même si je compatis avec monsieur ton padre perdu chez les anglais qui mangent maaaal)

  4.  
    ceciel
    ceciel écrit:

    Ashley : tu sais que j’ai pensé à toi quand j’ai appris qu’ils étaient bloqués là-bas? Et à Shalima aussi un peu. Seraient-ils atteints du même syndrôme? En plus ma môman est rentrée malââââde. Ah les vacances, c’est trop dur, vraiment.

  5.  
    Ptitquick
    Ptitquick écrit:

    Bon mais est-ce que la mission shopping pour les petites-filles a été remplie au final ?

Répondre

 
 

UN AN DE MA VIE |
angelca29 |
Monde en noir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A JEUDI
| youmeinthesky
| Tentation