Ceciel, Tête en l’air…

 

I’m not dead

Merci de vous faire du souci chers amis mais je suis encore en vie. Simplement j’ai moult occupations ces derniers temps, comme de créer ma nouvelle société et recruter les bonnes âmes prêtes à m’épauler dans cette aventures, chercher une nouvelle maison (oui vous lisez bien : une maison!) et évidemment tenter de poursuivre le pseudo-régime qui me fera rentrer dans ma robe de bal pour le mariage de mon frère.

En bref rien que du bon, du très bon, mais du très lourd.

Enfin, dernier écueil je tente d’apprivoiser le nouveau matériel informatique dans lequel j’ai investi mais qui demande une certaines vivacité pour faire connaissance. Et de la vivacité, bah j’en manque un peu.

Mais qu’importe la vie est belle, les oiseaux chantent et j’ai dormi une heure de moins cette nuit.

Il me faudrait juste une semaine de 9 jours, ou une journée de 32 heures, ou alors un 3e bras et une ou deux têtes supplémentaires. J’en parle au Père Noël et à Sarkozy, peut-être qu’on peut négocier un truc entre hommes de bonne volonté (oui j’ai aussi hérité d’une paire de c… pendant ma longue absence).

Sur ce, bonne journée, j’ai un corps épuisé à passer sous la douche, moi.

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 30 mars, 2009
A 6:48
Commentaires : 2
 
 

Parfois,

…quand je fais des combinaisons scabreuses à ce jeu-là, je me demande si l’ordinateur peut éprouver une quelconque souffrance physique devant mon manque de logique.

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 17 mars, 2009
A 11:04
Commentaires : 4
 
 

I’m a survivor

Salut les lointains!

Oui, je suis une sale piute de vous avoir si longtemps négligés. Mais vous me connaissez : un gros poil dans la main droite, un toblerone dans la main gauche, des jolivampires dans le cerveau : yavait plus de place pour vous.

 

Heureusement je ne suis pas rancunière. A moins que ce ne soit vous? Ah quelle manipulatrice je fais.

Bon, bref, je vous avais promis le récit de mes vacances romaines.  Finalement ça me dit moyen. Vous raconter quoi, d’abord?

…que j’ai improvisé ce voyage en 3 heures top chrono? Que j’ai loué un appartement les yeux fermés. Réservé un avion qui n’existait pas. Oublié de consulter la météo?

Allez, oui, je vous raconte.

Bon, au départ on était mal. Nos vacances à Dubai étant annulées en dernière minute, nous avions renoncé au soleil. Déjà prêts à passer la semaine à Paris tels les looseurs que nous sommes, nous avons quand même fini par nous botter le derrière lorsque nous avons réalisé que toutes les baby-sitters (crèche incluse) étaient en vacances, elles.

Déjà que passer des dunes de sables au Mont-Valérien ça me les brisait grave, si en plus on ne pouvait même pas compter sur la moindre soirée de sortie love-love avec Prince-Prince, la semaine promettait d’être apocalyptique.

J’ai donc pris les choses en main.
Vendredi soir, hop hop, je googueulise telle la furie et obtient en 30 minutes : un appartement dans le centre de Rome, 3 vols pour nous, et un taxi pour venir nous chercher à l’aéroport.

Mais sans compter nos aimables amies les petites fées avaient caché des tas de spécial bonus rigolos dans mes petits chaussons de tour opérator amateur :

- un appartement tout pourri et humide à souhait : en 3 jours impossible de sécher une chaussette de Jolibébé, vous voyez l’éponge? Que même le papier toilette il se désagrégeait dans nos mains avant d’atteindre nos postérieurs, un truc incroyable le PQ autodestructible

-un vol retour malencontreusement prévu pour le mois de mai alors qu’on partait 5 jours. NB : arrêter de porter des moufles quand je sélectionne une date sur internet

- un taxi italien super ponctuel à 1 heure près. Voilà comment nous fûmes les seuls passagers du vol à payer double notre arrivée dans le centre de Rome ET à attendre 1 heure à l’aéroport alors qu’une file interminable de taxi dans les starting-blocks n’attendait que nous.

- Une météo à chier. Pluie sur nos têtes à parti de 17 heures tous les jours (le nuage romain est beaucoupl plus ponctuel que son collègue taximan).

Bref. Souffrance.

Heureusement, le séjour en lui-même fut divin. Et je ne dis pas ça que pour le Vatican, où nous avons toutefois passé une journée fabuleuse grâce à ce petit génie de Rafaello, qui me donne envie de me rouler par terre à chaque fois que je vois ses oeuvres. La transfiguration, son dernier tableau, c’est juste le plus beau truc de ma vie (juste après le Toblérone géant et Edward aux dents d’argent).

Au final, les enseignement de ces premières vacances familiales sont donc nombreuses :

- un jolibébé peut survivre toute une semaine en mangeant des pizzas, du jambon cru et sans jamais faire la sieste

- un Jolibébé qui manque de sommeil et qui mange n’importe quoi en Italie est un bébé fou la semaine de son retour à Paris : Jolibébé a faim à 5 heures du mat’, Jolibébé veut regarder le foot avec papa le soir, Jolibébé fait pipi partout et ne communique que par hurlements.

 

- le régime pâtes-jambon-pizzas-antipasti est étonnamment nul pour perdre du poids et rentrer dans la belle robe du mariage de mon petite frère. remboursez, remboursez! Résultat : report au mois de mai de la séance d’essayage fatidique, hé hé. Ils vont m’entendre chez « Perds du poids en mangeant comme 8″.

- j’ai de beaux restes en italien

- les italiens trouvent que j’ai de beaux restes

- les italiens sont charmants et aiment les ragazze avec les yeux bleus et les cheveux blonds

- les italiens sont supers et aiment les Jolibébé blondes avec les yeux bleus

- les italiennes sont des radasses qui aiment un peu trop les Prince-Prince aux yeux bleus et aux cheveux poivre-et-sel

 

Moralité : la prochaine fois on va en Suède manger du hareng. Et je réserve au moins 12 heures à l’avance, histoire d’être au large.

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 5 mars, 2009
A 15:00
Commentaires : 0
 
 
 

UN AN DE MA VIE |
angelca29 |
Monde en noir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A JEUDI
| youmeinthesky
| Tentation