Ceciel, Tête en l’air…

 

Bordelum umanum est

Je pense que le mot bordel est le plus adapté pour qualifier le mode de vie que Prince-Prince et moi cultivons avec un soin presque génial.

Voilà 3 ans que nous vivons dans cet appartement. Trois ans que des cartons hantent nos couloirs, les chambres, le salon. Tour à tour chargés de « trucs à descendre à la cave », puis de « trucs à vendre sur e-bay », et même de « trucs à mettre à la poubelle » …que l’on retrouve inexplicablement soigneusement rangé à la cave 6 mois plus tard.

Oui, il y a de tout chez nous. Mais surtout du bordel.

Des poches vidées sur la table du salon : cartes bleues, papiers, pièces de monnaie, ticket de CB…

Des fringues éparpillées au gré des humeurs : là je me suis déshabillée à moitié endormie un soir de zapping nocturne, ici j’ai tenté de faire sécher des dessous, par-là j’ai mis le linge plié à ranger, et dans la corbeille le linge que la femme de ménage repassera un jour.

Des biberons par milliers. Celui rempli d’eau pour la nuit. Celui rempli d’eau pour la balade. Celui avec son fond de lait caillé datant d’au moins 2008. Et puis celui-ci au fond du lit de Joliepetite, le biberon réconfort du soir (espoir).

La triste vérité, c’est que nous rêvons d’un intérieur bien tenu, cosy, charmant, mais que nous sommes génétiquement programmés pour créer le chaos.

Voilà pourquoi ce week-end, alors que nous étions partis en chasse d’un canapé, nous sommes revenus à la maison avec une friteuse. Logique. Bordelum umanum est.

Néanmoins cette balade infructueuse et totalement anarchique avec bébé chanteur très humiliant des les magasins nous a amené une l’intuition nouvelle : celle que, finalement, un nouveau canapé ne servirait à rien, mais que nous devions plutôt nous prendre en main et imaginer un recyclage habile et plein de goût de notre intérieur sous-exploité et maltraité. Rien de sert de consommer, il faut aussi savoir réfléchier et être inventif. N’en déplaise à Prince-Prince qui est persuadé que la cause de tous nos maux est le manque de blé. Mouarf mouarf mouarf. L’homme aime se voiler la face et rejeter la faute, c’est bien connu…

Hier soir donc, nous avons décidé de devenir adulte (résolution n°1 sur ma liste du Père Noël) et nous avons mangé des frites maison délicieuses (admirez cette improbable suite dans les idées).

Puis Prince-Prince a entrepris de reconfigurer notre salon pour les 12e fois en 3 ans. J’admets que le résultat est l’un des plus satisfaisants jamais obtenus.

Reste toutefois la cruelle absence de table basse, de luminaire, de rideaux, et la présence de…au moins 4 cartons de bordel bizarre dans le couloir. Des fondamentaux.

Allez, si tout va bien tout devrait trouver sa place d’ici 2012 (date de la fin du monde je vous le rappelle) mais entre-temps il ne fait aucun doute que nous aurons probablement fait l’acquisition prioritaire de trucs indispensables comme une machine à pain, une centrifugeuse et pourquoi pas une nouvelle chaine Hi-fi tellement moderne qu’on saura pas s’en servir (ah non, ça c’est déjà fait…).

Pfiuuu…c’est épuisant d’être nous.

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 25 janvier, 2010
A 9:05
Commentaires : 3
 

3 Commentaires

  1.  
    saperli
    saperli écrit:

    bienvenue au club. moi je pense que je ne suis p

  2.  
    madame tatoum
    madame tatoum écrit:

    Je te crois pas, ça peut pas être pire que chez nous… ;)

  3.  
    Phèdre
    Phèdre écrit:

    Ah! J’adore la Bordel List! tu viens de surpasser l’inventaire de Prévert! Moi aussi j’ai des cartons partout en ce moment!!

Répondre

 
 

UN AN DE MA VIE |
angelca29 |
Monde en noir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A JEUDI
| youmeinthesky
| Tentation