Ceciel, Tête en l’air…

 

Vel d’hiv vs. nouvelle star…

Je ne sais pas pour vous, mais moi hier soir j’étais scotchée devant ma télé. Hésitant entre Dr House et La Nouvelle Star, ma soirée se présentait sous les auspices les plus superficiels et détendants.

C’était sans compter la grosse claque qui m’attendait sur France 2. Et c’est ici qu’on apprécie la chance que représente la fin de la pub sur cette antenne : à démarrer ses programmes avant les autres chaînes, elle développe ses chances de nous attraper en plein vol de zapette. Hier soir, ce fut mon cas.

Non le sujet n’était pas gai mais il était là, prenant toute la place dans mon petit écran. La rafle du Vel d’hiv en juillet 1942. 13 000 juifs dont 4000 enfants.

J’avais déjà visionné sur le web quelques extraits du film « La Rafle », qui sort aujourd’hui, et je me disais qu’il avait l’air drôlement poignant mais ça s’arrêtait là. Je suis une fontaine ambulante et j’évite donc soigneusement d’aller au cinéma regarder les films qui promettent de me mettre le coeur en bouillie.

Voilà pourquoi hier soir, lovée dans l’intimité de mon salon, je me suis laissée aller à regarder cette émission. Sachant très bien qu’elle me creuserait un grand trou dans l’âme mais qu’après tout l’Histoire c’est aussi ça.

Et moi l’histoire, je m’y plonge toujours corps et âme. Peut-être parceque ça aide à comprendre toutes les facettes de la nature humaine, peut-être parceque j’aime comprendre le monde dans lequel je vis et savoir d’où je viens, peut-être aussi parcequ’être maman ça me donne encore plus envie d’apprendre et de transmettre…pour tout ça et aussi parceque sans être croyante je suis un peu superstitieuse et je pense que l’oubli c’est le pire et que penser aux absents, rien que penser à eux, ça les rend vivants.

Ca me fait penser à l’Enfer de Sartre (si mes souvenirs sont bons) où les défunts entrevoient le monde épisodiquement à la condition que quelqu’un pense à eux. Quand la fenêtre s’obstine à rester close, c’est que plus personne ne pense à vous. Et vous voilà enfermé pour de bon.

Vu comme ça, ça n’a pas l’air très drôle mais j’y vois un réconfort et une certaine beauté. Celle d’apprivoiser un peu la mort, se dire qu’on sert quand même à quelque chose au-delà de l’absence.

Voilà pourquoi penser à ceux qui ne sont pas là, ça me réchauffe le coeur. J’ai l’impression de leur faire du bien autant qu’à moi.

Et hier soir, il y avait de quoi faire.
Ceux qui ont regardé l’émission (qui a pulvérisé La nouvelle Star, soulignons-le) ont touché un peu de cette horreur historique. Je ne vous la détaillerai pas, faite quelques recherches sur le web, il y a plein d’infos sur la rafle.

Depuis hier, je mets bout à bout ces bribes de choses que je sais que la Shoah.

Une visite au Mémorial de la Déportation à Besançon quand j’avais 10 ans. Le premier choc. Un documentaire sur les fours crématoires quand j’en avais 12 ou 13. Les cours d’histoire ensuite, au collègue puis au lycée. De nombreux films. De nombreux livres. Le sac de billes, de journal d’Anne, Si c’est un Homme et Sophie qui doit choisir. De l’autre côté du miroir, il y a ensuite Le liseur, et La mort est mon métier…

Tant d’émotions mises bout à bout et qui me construisent un peu. Qui m’amènent aujourd’hui à penser à eux, qui sont partis. Surtout aux tout-petits parceque je suis maman et que forcément, imaginer ça…

Voilà, c’était mon petit-tout-petit devoir de mémoire. Juste parcequ’y penser ne fait pas que du mal. Ca fait aussi grandir.

(Demain on rigolera, c’est promis)

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 10 mars, 2010
A 17:07
Commentaires : 2
 

2 Commentaires

  1.  
    mirabelle
    mirabelle écrit:

    J’ai moi aussi été happée par cette émission hier soir et je me suis rendue compte que si on connaît tous « la rafle du Vel d’hiv », la plupart d’entre nous ne sait, en réalité, rien de comment elle s’est déroulée, du nombre de victimes, des conditions dans lesquelles ces personnes ont vécu, en plein Paris, pendant 5 jours (sans eau, nourriture, toilettes). Je ne savais pas non plus que la France avait été tellement impliquée… et j’ai eu honte.

    Pour compléter l’émission il y avait une interview de la réalisatrice ce matin sur France info.

    Merci d’avoir parlé de tout cela, Ceciel.
    Bises.

  2.  
    Phèdre
    Phèdre écrit:

    Super article Ceciel. Et c’est rassurant de voir que les Français préfèrent un bon documentaire historique à la Nouvelle Star…
    J’aime bien le concept de Sartre, que les morts ne peuvent voir le monde des vivants que si ceux-ci leur ouvre la fenêtre en pensant à eux. Il faudra que je lise L’Enfer. Je n’ai lu que Les Mots jusqu’ici.

Répondre

 
 

UN AN DE MA VIE |
angelca29 |
Monde en noir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A JEUDI
| youmeinthesky
| Tentation