Ceciel, Tête en l’air…

 

American Beauty

De ce bon film, je retiens plein de choses, mais en particulier la séduction désespérée d’une femme agent immobilier, qui chaque jour se remettait à l’ouvrage avec une persévérance pathétique.

Pourquoi vous parle-je de ce souvenir?

Et bien aujourd’hui, nous ouvrons la chasse : notre appartement est en vente. Et voilà qu’après 6 petites heures de mise en ligne de notre annonce sur PAP, déjà nous arrivent 3 visites d’agents immobiliers et 6 d’acheteurs potentiels. Cela ressemble à un bon démarrage mais je reste sceptique sur la capacité de ce petit monde à produire une offre réellement sérieuse. Suis-je pessimiste ou lucide? Le bilan demain matin.

Mais je vous avoue que je me prends à craindre d’en arriver à ces tristes visites dignes d’American Beauty. Ouvrir grand les rideaux, parfumer la pièce, repousser chaque grain de poussière. Faire le beau, bouh.

Souhaitez-moi bonne chance! cette vente doit se conclure relativement vite afin de nous laisser un été serein pour accueillir PetitPanda et réaliser les travaux dans notre nouveau nid.

A part ça, pour toutes celles et ceux qui réclament à cor et à cri une book list pour la plage cet été, sachez que j’y réfléchis ardemment.
En juillet je devrais pouvoir vous livrer ce petit cadeau très spécial, mon cocktail idéal de, disons 10 livres?

Mais vous n’imaginez pas combien pour moi, définir un panel idéal ressemble à une supplice chinois…Quels cruels vous faites…

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 31 mai, 2010
A 15:48
Commentaires : 3
 
 

Management

Aujourd’hui, je m’en vais à l’abattoir.

En effet, après une énième aventure désopilante avec la personne qui prétend jouer chez moi les femmes de ménage, j’ose enfin crier mon raz le bol.

Je sais, c’est mal de dire du mal du petit personnel, et puis j’ai déjà bien de la chance de pouvoir me payer ses services.

Néanmoins, j’ai bêtement tendance à me dire que lorsqu’on fait un job, on essaie de bien le faire et de remplir l’obligation number one : satisfaire le patron.

Voilà, c’est pas politiquement correct de dire ce genre de trucs mais avec ma conscience professionnelle hypertrophiée j’ai tendance à avoir le bout des doigts qui me démange quand je croise des tartes flemmardes et entourloupeuses qui oublient que je les paie pour un service et non pour me faire prendre pour un canard sauvage.

La récente note hilarante de Perspéhone à ce sujet m’avait rappelé à quel point la femme de ménage consciencieuse est une denrée rare…mais je ne savais pas que quelques jours plus tard j’allais moi aussi tomber en raz-le-bol profond pour les mêmes raisons qu’elle.

Voilà le topo :

Il y a quelques mois, j’ai recruté une charmante jeune femme pour faire le ménage et le repassage à la maison. Rien à dire. Elle avait la pêche, faisait bien son boulot et se montrait discrète (ce qui est important puisque je travaille à la maison).
Mais peu à peu, la belle s’est endormie sur son petit nid de lauriers.

Ca a commencé avec des retards ou des lapins récurrents (excuse 100 fois utilisée : « ma fille est malade ». Encore une qui va détruit consciencieusement la crédibilité des mamans en milieu professionnel).

Ensuite, elle a dit qu’elle ne s’en sortait pas et qu’elle devait rester plus longtemps chez nous (plus d’heures = plus de pépéttes). De 3 heures nous sommes passés à 4. Et quelques mois plus tard nous voilà à 5 heures hebdomadaires pour ranger un appartement de 75 m2 et repasser le linge de 2 adultes/1 enfant. Ca doit être ça qu’on appelle l’inflation, ma bonne dame.

Et depuis quelques temps, elle nous gâte vraiment, allant jusqu’à repasser le linge avec une véritable fibre artistique; le faux pli est devenu son meilleur copain. En gros, elle se contente d’un bon coup de fer (bien ou mal placé, selon la chance du jour) et roule ma poule.

Prince-Prince en a donc eu marre d’aller au travail avec des fringues fripées et s’est lancé dans un grand casting de femmes de ménage.

Nous en avons rencontré 3. Sélectionné 1 qui nous semblait énergique et débrouillarde.

Depuis quelques semaines nous essayons donc de tenter une nouvelle aventure avec elle. Quelle aventure mes aïeux!

En moyenne, elle met 2 heures pour repasser péniblement 5 chemises. Puis consacre une rapide demi-heure au passage de l’aspirateur avant de s’enfuir prestement tel l’oiseau moqueur.

Elle revient ensuite 3 jours plus tard et remet ça : quelques fringues repassées après de longues heures de bataille avec le fer à repasser, un coup de chiffon sur quelques meubles choisis aléatoirement et hop la voilà qui déploie ses mignonnes petites ailes.

Néanmoins, elle me gratifie toujours de nombreuses réflexions (« Ah la la, mais ya plein de linge à repasser, là!« ) et forts soupirs pour me prouver son engagement et l’immensité de la tâche à accomplir.

Du coup, cette semaine, astucieuse, j’ai tenté un mix :
- mardi j’ai convié notre première femme de ménage pour 3h30 de travail
- aujourd’hui la nouvelle est venue pour 2 h30 de mission

Et bien figurez-vous que malgré ces 2 interventions, je me retrouve quand même miraculeusement avec une maison à moitié rangé, des sanitaires sales et une pile de repassage quasi-intacte.

Je me demande si finalement, je ne dois pas renoncer à la propreté définitivement...c’est sans doute la plus sage solution, non?

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 28 mai, 2010
A 10:04
Commentaires : 3
 
 

De retour!

Après 10 jours de balade en Bretagne, mes valises sont de retour à Paris.

Que retenir de cette belle semaine buissonnière prolongée?

Du soleil.
Des galettes complètes et du poisson brillant.
Des petits crabes dans l’épuisette de Joliepetite, et des gendarmes qui grillent dans une petite boîte en plastique.
Un coup de coeur pour Camaret, là-bas au bout du monde.
Joliepetite commentant les vacances : « Il n’y a pas beaucoup de zenfants ici! »
Quelques livres dévorés sur le sable : « Le quai de Ouistreham » (F. Aubenas), « Un brillant avenir » (C. Cusset), « Une veuve de papier » (J. Irving), « Un léger passage à vide » (N. Rey). Tous bons, pour différentes raisons, mais sans doute aussi parcequ’en vacances, critiquer serait si mesquin…
Des calins des calins des calins
Enfin un prénom pour PetitPanda (un indice : il risque de mal l’orthographier au moins jusqu’à ses 14 ans).
Une séance de manucure-pédicure improbable dans une étrange échoppe de village, proposant simultanément la vente de sous-vêtements, de bijoux fantaisie, parapharmacie, institut esthétique, cabine UV, et j’en oublie sûrement.
Joliepetite éperdue de joie lors d’une folle soirée avec sa petite copine M.
Un champ de mouton et au milieu, un lama.

A part ça, du bronzage et du sable dans la valise. Et plus qu’un mois avant d’arrêter le travail. Yipee!

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 25 mai, 2010
A 14:42
Commentaires : 4
 
 

C’est l’histoire d’une fille…

…qui aimait les livres comme d’autres aiment la mer. Son horizon indispensable, un goût salé donné à l’air ambiant, l’inspiration pour vivre.

Alors, la fille est drôlement contente lorsqu’elle apprend qu’elle est sélectionnée pour être membre du jury du Prix littéraire des lectrices de Elle!

Ouf, je peux donc enfin vous réveler ce projet secret qui me tarabustait depuis quelques semaines.

Dingue de lecture et jamais en retard d’un avis sur tout, je caressais le doux rêve de participer un jour à un jury littéraire. Le manque de temps, l’étourderie m’avaient jusqu’ici empêché de postuler en bonne et dûe forme.

Mais le 1er avril dernier, jour de sourires, j’ai pris mon courage à deux mains et composé mon dossier pour le jury du prix littéraire des lectrices de Elle.

Depuis, je guettais d’un air faussement détaché ma boîte aux lettres, mais ne voyant rien venir, me résignait à voir échouer ma toute première tentative pour satisfaire ce petit fantasme personnel.

Et puis…

Le facteur est passé aujourd’hui. Une enveloppe rose et blanche dans la besace, qui disait en substance : « Félicitations, vous avez été choisie pour composer l’un des 7 jurys de 15 lectrices qui vont recevoir des colis de livres chaque mois jusqu’en avril 2011…signez ici et c’est parti mon kiki! »

Je suis pleine de joie et de hâte…vue ma consommation mensuelle de livres, je ne suis pas trop inquiète du rythme à tenir (7 livres pour la fin août, puis 3 livres par mois), seulement folle d’impatience à l’idée de découvrir chaque mois ce trésor dans ma boîte aux lettres. Une sélection de livres que je n’aurais sans doute jamais faite spontanément. Une fenêtre ouverte sur des univers nouveaux qui changeront peut-être ma manière de choisir des ouvrages à la librairie, mais aussi de considérer les efforts des écrivains.

Et puis, le bonus c’est aussi que je souris d’avance en songeant que ces ouvrages seront sûrement mes compagnons de nuits blanches lorsque j’allaiterais PetitPanda, engloutie par le silence et la nuit comme cela ne manquera pas d’arriver.

Je me revois 3 ans plus tôt, lorsqu’en mal d’occupations nocturnes je dévorais tout ce qui me tombait sous la main. Du dernier dernier tome d’Harry Potter jusqu’aux plus improbables Francoscope et autres vieux livres de géographie…tout en laissant doucement celle qui était à l’époque Jolibébé se goinfrer de ma chaleur.

Aujourd’hui, Joliepetite semble aimer les livres,. Elle tourne les pages, les respire et me dit qu’elle a hâte d’aller à l’école pour apprendre à lire. Ceci explique peut-être cela? (oui oui je sais, l’explication n’est pas aussi romantique. Je sais bien qu’elle se contente de m’imiter, c’est l’âge qui veut ça…mais voir mon petit bout feuilleter un livre de poche avec un sérieux papal, ça m’émeut terriblement)

En tous cas, je suis heureuse de cette participation. La satisfaction de ce minuscule rêve personnel n’appartient qu’à moi et me fait l’effet d’un trésor que je vais caresser avec adoration pendant quelques mois…

PetitPanda aurait-il un sérieux concurrent?…Mère indigne, again…

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 10 mai, 2010
A 18:52
Commentaires : 6
 
 

OFF

Je prends le large pendant quelques jours.
On débranche.

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 8 mai, 2010
A 19:47
Commentaires :1
 
 

Où se loge ma peine (is)

Bill Clinton, Tiger Woods, Frank Ribery, David Boreneaz…ces noms vous disent quelques chose? Ce sont les infidèles notoires du moment. Ou du siècle, pour les plus veinards.

J’ai toujours eu une notion assez relative de la fidélité. La possession amoureuse ne m’évoque pas grand chose de bon; la loyauté et l’amour me paraissent être bien plus importants que les renseignements circonstanciés sur les promenades d’un pénis rarement futé.

Attention, je ne dis pas que je suis infidèle ni même que je supporterais bien l’idée que Prince-Prince le soit.

Simplement, j’éprouve un malaise infini à voir ces hommes traqués et contraints à des autoflagellations publiques dignes des autocritiques aux belles heures de la révolution culturelle chinoise. Tout ça pour quoi? Un échange de fluide par consentement mutuel.

La belle affaire...

Le seul truc qui me remonte le moral, c’est que la nation française serait la moins sévère à l’égard des infidèles. Ouf. Qu’on vive dans un pays où l’on juge les gens sur autre chose que l’endroit où ils promènent leur sexe me rassure.

Cela dit, tant qu’à faire, si on pouvait élever le débat au-dessus de la manière dont ils s’habillent, je ne serai pas malheureuse non plus…

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 7 mai, 2010
A 10:26
Commentaires :1
 
 

Comme un avant-goût d’été…

Today is a great day. C’est un peu la quille.

J’ai passé l’après-midi chez Groclient pour lui présenter les résultats de semaines de travail. Autant vous dire que je n’étais pas zen dans mes baskets.

Et bien figurez-vous que tout s’est très bien passé. Le client est content, tout simplement. Pas de remarques, de corrections sauvages, de prise à parti et de « Retravaillez-moi ça pour demain 8 heures!« . Non, rien de tout ça.

Juste un « Merci pour votre travail, je vais présenter vos recommandations à Grochef ».

En clair, j’ai quasiment fini le boulot. Peut-être un peu de travail à venir ce mois-ci et le suivant, mais rien de comparable à la tempête des précédentes semaines.

Sachant que je déclare l’ouverture de mon congé maternité le 30 juin, on peut appeler ça un avant-goût de vacances. J’ai rempli mon contrat personnel en tenant le coup jusqu’au bouclage de ce gros dossier. Me voilà délestée de ce stress. Doucement je vais pouvoir glisser vers l’insouciance.

La préparation du déménagement, de l’arrivée de PetitPanda.

Je suis heureuse, heureuse, heureuse. Et dans 10 jours, je me casse en Bretagne avec Prince-Prince et Joliepetite…elle est pas belle la vie?

A part ça, quelques nouvelles en vrac :

- mon mari alcoolique a fêté dignement l’enterrement de vie de garçon de son meilleur ami ce week-end durant 3 jours. En Irlande. Il est rentré comme il se doit hirsute, barbu, puant et épuisé. Et cherry on the cake, hier soir au moment de se déshabiller je l’entends jurer  » Oh les salauds, il m’ont rasé les poils de b*** » . Poésie, quand tu nous tiens…(je ne veux même pas savoir comment on peut être ivre au point d’ignorer que quelqu’un vous rase le maillot).

- PetitPanda n’a toujours pas de prénom. Je sèche, je coince, je screugnegneute. Impossible de m’attacher à un prénom en particulier.

- Mon col-que-j’aime est ouvert et mou donc je me suis (encore) faite engueuler par le médecin. Suis sensée rester chez moi à ne rien faire. Depuis quand bosser chez soi en pyjama et lire des livres entrecoupés de visionnages de films et d’épisodes de Gossip Girls est considéré comme une activité trop fatigante pour un utérus?. Le stade de glandage supérieur à mon avis ce serait le retour à l’état monocellulaire…

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 3 mai, 2010
A 16:14
Commentaires : 2
 
 
 

UN AN DE MA VIE |
angelca29 |
Monde en noir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A JEUDI
| youmeinthesky
| Tentation