Ceciel, Tête en l’air…

 

On vous rappellera

Mes aïeux, que de petits événements ces dernières semaines! Trois fois rien, finalement, mais des choses qui boursouflent le quotidien et laissent une trace indélébile (copyright JJG).

D’abord il y eut les apparitions/disparitions de Pocahontas. Une nounou branchée sur courant alternatif. Jusqu’au court-circuit final, cette semaine.

Elle était trop jeune, elle n’avait pas compris, elle est désolée, elle a bien changé elle a eu de gros soucis nous ne pouvons pas comprendre…

J’ai écouté ses jérémiades avec patience puis je l’ai doucement poussée vers la porte, lui donnant intérieurement rendez-vous dans 10 ans. Si nos engagements devaient tous s’évanouir en fumée au moindre événements difficile dans nos vie, le monde serait encore bien pire qu’il ne l’est.

Mais comment faire comprendre à une si jeune femme le sens de l’engagement, le respect d’autrui. Comment lui expliquer qu’exploser en plein vol et changer d’avis tous les 3 mois ne fait que l’enfoncer dans son propre chaos. Lutter quand c’est difficile. Lutter quand on n’est pas seul, c’est si important. Mais il lui reste tant de choses à découvrir.

Et comme je m’en veux d’avoir oublié qu’elle avait son âge, ce si petit âge. 23 ans.

Je donnerai cher pour être là, une petite souris, le jour où elle sera maman et devra confier sa précieuse progéniture aux bons soins d’une personne recrutée avec inquiétude. Le jour où cette personne lui promettra monts et merveilles, disponibilité, responsabilité, sourire. Peut-être ce jour-là repensera-t-elle à nous, un jour de novembre, lui ouvrant les portes de notre maison avec bienveillance, et celles de notre portefeuille avec une latitude qu’elle ne devrait pas retrouver de sitôt.

Oui je donnerai beaucoup.

A plusieurs moments de ma vie j’ai croisé des gens ainsi, emberlificotés dans leurs nombrils, affairés à oublier leurs promesses et leurs engagements. Traitant les autres comme de sombres dommages collatéraux si peu conciliants.

Et je me dis – vieille bête- que ces comportements, je les observe bizarrement beaucoup ces derniers temps chez des jeunes gens de 23, 25 ans.
Je me souviens de moi à cet âge, si grave et travailleuse, inquiète de ne pas faire bien, si désireuse de faire ma place. Et je trouve – vieille bête bis- que la constance et le sens de la parole donnée se perdent.

A part ça Monsieur Sourire mange! Que dis-je mange, se régale! Riz, volaille, jambon, banane : des horizons s’ouvrent à lui. Il reste de grandes impasses dans son éducations papillaire, mais je suis soulagée de le voir avaler des aliments solides, goûteux et (presque) variés que j’exulte. Il grossit à vue d’oeil, affirme une stature imposante et une force de titan…dans un visage serein et drôle.

Ma montagne tranquille. Ma mère l’appelle Big Boss, pour vous donner une idée.(Je sens que cela va rester).

Ma joliepetite est belle comme un astre; elle court elle crie elle s’extasie elle râle elle câline elle apprend elle comprend elle nage elle pédale elle chante elle bonbonne elle sucette elle fritouille elle rit, comme elle rit.

Voilà, dans quelques jours nous nous envolons pour Dubai, étrenner nos lunettes de soleil et embrasser des amis chers, décompresser de ces derniers mois n’importequesques.

Je me réjouis de voir arriver le soleil, les vacances, la fin des dossiers, l’arrivée d’une nouvelle nounou lundi (tout arrive! mais comment retrouver confiance, je me sens fragile comme une amoureuse déçue…).

Je me réjouis d’écouter le nouvel album de Felipecha, bourré de trouvailles sensibles (Lovers Lane, Rien) et de balades rythmée (London Shopping). J’étais à leur concert hier, je ne vous conseille que trop de vous y rendre aussi, vite!

Bon début de printemps à tous!

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 26 mars, 2011
A 11:26
Commentaires : 3
 
 

Déjà…

A peine le temps de recevoir mes précieux petits colis mensuels que déjà, mon année littéraire s’achève.
Et oui, cette semaine mon dernier paquet de livres sélectionnés par Elle est arrivé chez moi. Dernières lectures, dernières notes, derniers commentaires, j’ai comme un cafard qui monte.

Heureusement, ça ne durera pas longtemps, c’est le printemps.

Du coup, je vous propose un petit tour de piste des mes coups de coeur en avant-première (de toutes façons vous vous doutez bien que je ne connais pas encore le palmarès qui sera révélé en mai) :

Le Prem’s

97828430452191.jpg

Quand j’ai vu la couverture et le nom de l’auteur j’ai crains le pire. Finalement je me suis retrouvée avec un bijou entre les mains, quelque chose entre « La femme gauchère » de Handke et « Tistou les pouces verts ». Débrouillez-vous avec ce commentaire curieux, je ne saurais vous en dire plus, mais je suis touchée et conquise par ce livre voilà.

Le deuz

9782742792917.jpg

Déjà très populaire ce livre n’a pas besoin de moi pour se faire des amis, mais comment ne pas souligner combien ce roman sur le quotidien des servantes noires dans le sud des USA dans les années 50 est splendide…

Le troiz

9782207261699.jpg

(désolée pour la taille de l’image mais le blog bugg quand j’insère des images, c’est très pratique…)

Parceque j’ai tremblé, cherché et vibré en lisant ce récit ténébreux et magnifiquement classique.

Régalez-vous!

Edit : oui je sais ce site est pourri, c’est pas croyable un blog qui coince dès la mise en ligne de 3 photos, mais que voulez-vous je me sens chez moi ici et puis qu’importe le flacon dès lors qu’on a l’ivresse…!

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 17 mars, 2011
A 20:56
Commentaires : 2
 
 

Joliepetite

Ces temps-ci, Joliepetite et moi n’étions pas très copines.

Caprices à foison, insolences, petites mains lestes et langue bien pendue…je n’en voyais pas le bout.

Et puis, une semaine de vacances, une journée chez Mickey, un mardi d’école buissonnière…tout cela a permis petit à petit de nous réconcilier.

Et je m’aperçois que cette petite bonne femme minuscule, avec ses yeux de biche qui lui mangent le visage et ses inévitables noeuds dans les cheveux, cache un coeur d’or, une âme poétique, des inquiétudes confondantes sur la vie et tout ça, une énergie du diable et puis tout simplement, il me saute au visage qu’elle me ressemble beaucoup (trop?). Toute en contrastes improbables et en explosion imminente.
dsc00814.jpg

Un brasier dingue sous des airs de bonbon rose aux yeux noirs (bleus pour les miens mais je m’en sors fort bien aux jeu des yeux noirs).

Et je me rends compte combien il est difficile de dialoguer avec un autre soi-même, petite créature un peu magique au fond, et écarter patiemment les obstacles qui nous font buter sur les mêmes situations, les mêmes frustrations, les mêmes inquiétudes. Ca crie souvent fort, à la maison, quoi.

Heureusement, Prince-Prince est là, tout de force tranquille, son étourdissante sérénité flottant dans le bouillon de nos folies gonzesques.

Qui sait ce que nous réserve notre imperturbable Monsieur Sourire…?

dsc00782.jpg

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 8 mars, 2011
A 15:49
Commentaires :1
 
 

Mathilde est revenue…

Mesdames et messieurs, ceci est un grand jour. Il serait question du retour de la nounou parmi nous.

On ne s’emballe pas, un sms laconique de sa part m’a appris la nouvelle sans plus de détail, et elle est quand même sensée repartir une semaine après en vacances. Qui sait ce que les jours à venir nous réservent?

Demi-bonne nouvelle donc, mais le simple fait de savoir que la galère va doucement s’éloigner me réjouit.

Presque autant que ce beau soleil qui illumine mon samedi, que les joueurs de jazz New-Orleans qui tubaient dans ma rue ce matin, ou que Joliepetite conciliante pleine de mots doux et polis depuis quelques jours.

Presque autant que mon agenda qui dégonfle gentiment grâce à quelques semaines de travail acharné pour boucler tout ce que je pouvais et repousser les nouveaux dossiers.

Presque autant que les soirées volées chez ma copine S qui m’héberge quelques soirées ce mois-ci.

Presque autant que les thés avec ma copine J, couteau suisse amical capable de baby-sitter mon bébé sourire puis de m’accompagner chez un client et me prêter main forte.

Presque autant que la perspective de vacances dans quelques semaines au pays des chameaux, des buildings et du désert à perte de vue. Avec ma petite famille au complet, tous en A380 qui me fait frémir d’avance et sautiller mon Prince-Prince.

Presque autant que ma jubilation lorsque mes pieds nus effleurent désormais un doux parquet venu remplacer de vilaines moquettes centenaires (au moins!) depuis quelques jours grâce aux efforts surnaturels d’une petite maman d’1m54 (les chiens ne font pas des chats).

Presque autant que la fête avec mes copines ce soir.

Vous l’aurez compris, il me semble que le printemps arrive.

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 5 mars, 2011
A 16:35
Commentaires : 0
 
 
 

UN AN DE MA VIE |
angelca29 |
Monde en noir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A JEUDI
| youmeinthesky
| Tentation