Ceciel, Tête en l’air…

 
  • Accueil
  • > Archives pour février 2012

Martine à la playa

Ce week-end, nous avons étrenné officiellement le nouveau carrosse familial en nous rendant en Bretagne, fief de Prince-Prince. A cette occasion, nous avons décidé de passer un moment au bord de l’eau, ce qui n’avait rien d’évident dans la mesure où mon chéri est un « breton des terres » comme cela se dit là-bas.

(On me demande dans mon oreillette de décoder cet euphémisme. Hum.)

« Breton des terres » revient à dire que j’ai la chance d’avoir épousé un specimen de cette espèce bretonne très rare qui n’y connaît rien en voile ni en fruits de mer. En gros, il a grandi dans le village breton le plus éloigné des côtes. Hollywood.

(J’en connais une qui va dormir sur le canapé ce soir… Dire du mal de ses racines c’est au moins aussi dangereux que de rire du patois Gallo. Un jour, je vous expliquerai.).

 

Bon, et bien cette expérience plagesque avec les 3 marmots fût…inattendue.

 

Au bout de 15 mètres, Godzilla était ensablé. Figé comme une statue de sel, il a donc décidé de rentabiliser au maximum son environnement. Notamment en croquant à belles dents chaque coquillage à sa portée. Une fois récurées les coquilles St Jacques, il est passé au dessert : des poignées de sable. Pour nous montrer sa joie, il décochait de grands « mmmmiam » et faisant crisser ses dents.

(Je l’ai copieusement vermifugé en rentrant. J’espère que ça suffira à ne pas le voir se transformer en algue radioactive).

Ensuite, il a décidé de son commun accord que le sable c’était comme la neige, et se remémorant une expérience récente de bataille de boule de neige dans le jardin, m’a copieusement balancé du sable mouillé au visage. Hilarant, ce môme.)

Martine à la playa dans Ceciel blablate pilou1-300x300

Vu d’ici il a l’air sympa mais ne vous laissez pas duper par sa couverture mignonnesque. Ces joues roses dissimulent un être particulièrement tyrannique et sans foi ni loi.

 

De son côté, après 20 minutes d’euphorie, Joliepetite a décidé que l’eau était trop mouillée, le sable vraiment salissant, l’air particulièrement frais, et la plage globalement hostile. Ensuite elle a réclamé des toilettes pour faire pipi. Son père a dû négocier ferme pour lui expliquer qu’on n’était pas au Parc Monceau et qu’elle allait devoir s’exécuter là maintenant oui oui sur la plage le cu* à l’air sans rire. Après cette ultime contrariété, elle s’est donc plantée sur la serviette, doigts et orteils écarquillés pour fuir le sable diabolique, comme figée dans un dégoût absolu du lieu.

 

(45 minutes de bagnole pour voir ça…)

 

Après ceci, le grand breton est parti marcher au loin (trés loin), à son bras Bébée bien calme au chaud dans son couffin (je crois qu’elle est officiellement ma préférée), le menton relevé tel Napoléon à Sainte-Hélène.

Sûrement qu’un tas de pensées exceptionnelles agitaient son esprit supérieur , ou bien était-il juste en train de se foutre de ma gueule, puisqu’il a fort tardé à remarquer la Ceciel rougeaude et lasse, écrasée par un Godzilla congelé de 11 kg barbouillé de sable des pieds à la tête, et rendue sourde par la Joliepetite hurlante et pieds nus sur la plage à 10°C.

Donc j’ai râlé. Il a ri. Je me suis sentie con. On s’est roulé des pelles. Les enfants nous criaient « Hou les amoureux! ». On est rentrés.

 

Bref. On est allés à la plage.

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 29 février, 2012
A 16:21
Commentaires :1
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour février 2012

Sauve qui peut

Je pourrais vous parler de ses séances quotidiennes de kiné, au milieu du salon.

De ses rendez-vous hebdomadaires à l’hôpital des blessés de la vie. Des interminables répétitions pour comprendre les gestes à faire chaque jour, les 21 étapes savantes pour préparer le matériel. Des soins prudemment donnés tard le soir par un prince-Prince bon élève. Des bains si rares parceque les plâtres, parceque les attelles, parceque la lucarne est trop fine pour y glisser un bébé mouillé. Des blessures sur ses pieds bardés de sparadraps malgré tous nos efforts. De son indignation lorsqu’on la dérange, encore.

Mais Bébée, c’est aussi tout autre chose. Ce sont deux joues roses à se damner, des sourires bouche bée et langue claquante, une absence curieuse de cheveux et une peau douce délicate. Ce sont de longues nuits sereines le plus souvent -mais pas toujours, petite maligne-. Ce sont des gazouillis de gorge qui deviendront bientôt des éclats de rire, lorsque je lui chatouille le nombril. C’est une addicition toute neuve aux longues conversations avec un lapin bleu à nez rouge aussi grand qu’elle. Ce sont ses doigts minuscules et maladroits qui commencent à agripper les jouets près d’elle. Ce sont ces mille moments que je m’autorise avec elle, me chuchotant fiévreusement « c’est peut-être la petite dernière, alors savoure! ».

Car oui, ces 4 grossesses en 6 ans m’ont fatiguées et détournées de la Céciel pimpante et pêchue que je fus et que j’espère retrouver. Alors j’ignore si je retrouverai le courage, ou l’insonscience- de tenter un dernier round, un jour. Devant ces peut-être, je reste prudente et dévore donc consciencieusement ma bébée des yeux comme un trésor encore précieux.

 

Avec Joliepetite j’ai appris à être maman. Avec Godzilla, j’ai grandi et gagné en confiance. Avec Bébée, je savoure un bonbon. Malgré la vie malgré les beaux-pieds malgré l’apocalypse de la vie à 5 avec des enfants si jeunes et rapprochés…malgré tout cela je me vautre dans l’amour et la tendresse comme la pire des Julia Roberts dans une énième comédie romantique.

Oui shame on me je deviens romantique, j’ose le dire, je surkiffe mon bébé!

Il en aura fallu des années pour que je parvienne à aimer ces premiers moments de maternité mais nous y voilà, le plaisir de serrer son petit corps, de plonger mes yeux dans son regard flou en adoration, tout cela m’est tombé dessus d’un coup d’un seul. Me voilà croquée comme une pomme et parfaitement engluée dans le binôme extatique que nous formons. En effet, j’ai renié tous mes principes. Ma bébée est littéralement accrochée à mes seins toute la journée. Mais que voulez-vous, un bébé panda amoureux c’est très addictif. 

Néanmoins, ne pensez pas que je glande allègrement. En marge de ces débordements de rose,  je prépare doucement mon retour à la vie « normale » : coups de fils et mails aux clients, réflexion existentielles, installation de mon bureau, trouvage de nouvel associé…
Et dans le même temps je joue à la perfect mum qui accompagne les sorties scolaires (un cierge, qu’on brûle un cierge!), qui va chercher Joliepetite à 16h30 chaque soir, qui lit des histoires à Godzilla et s’occupe de la maison. Une parenthèse Desperate Housewife que je ne suis pas loin d’apprécier si ce n’étaient ces abominables taches ménagères que je honnis et les rendez-vous quotidiens avec le kiné et la cloche de l’école.

(Ma couverture de mère idéale est trés au point. Personne ne soupçonne que je suis en réalité une dangereuse activiste pro-glandouille et anti-bébé).

 

Bientôt, je viendrai aussi vous raconter des histoires passionnantes sur le thème de mon nombril et du moi-je. En vrac :

- comment j’ai rêvé que la mère de Kim Kardashian me donnait des conseils vestimentaires (je suis desespérée de la fashion mais à ce point là?…que veut me dire mon subconscient?)

- comment le kiné charmant et improbable de Bertille m’irrite légèrement à écouter du reggae et commenter Daniel Mermet chaque jour en lui tripotant les beaux-pieds (j’ai peur qu’il lui roule son premier joint bientôt)

- comment Prince-Prince s’est fait appeler Maman à son corps défendant pendant un mois à la suite d’une désorientation complète de notre pauvre Godzilla chamboulé par tous les changements dans sa vie

- comment Joliepetite est semble-t-il d’après le médecin une enfant précoce dont il faut accompagner l’émotivité (elle précise aussi qu’elle est le type d’enfant que les adultes peuvent prendre en grippe et qu’il faut surveiller de près ses futurs instit… ahem)

- comment le maître de Joliepetite nous signale contrit que notre fille ne sait pas gérer ses émotions

- comment le baby-sitter de Joliepetite a sûrement entamé une thérapie discrète à la suite de son trajet quotidien vers l’école avec notre petit chou existentiel de 106 cm et 16 kg

- comment Bébée a été tirée au sort pour participer à une grand enquête sociologique sur 20 ans (l’étude Elfe) qui m’amène à répondre chaque mois à des questions aussi improbables que « votre mari vous bat-il ?  » ou encore  » avez-vous songé à vous faire du mal cette semaine? » (je vous rassure il y a aussi des questions gaies du genre « Chantez-vous des chansons à votre enfants? » et « que lui souhaitez-vous pour sa vie future? « ). C’est prenant mais assez rigolo et gratifiant, au fond.

 

Donc rendez-vous dans 20 ans. (c’est là qu’on découvrira si j’ai été une bonne mère. Too late, mais les prochaines générations me diront merci quand on découvrira des trucs étranges, du genre chanter faux aux bébés rend les ados intelligents.)

 

 

 

 

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 22 février, 2012
A 21:10
Commentaires :1
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour février 2012

C’est pas ma faute, ce silence

…c’est la sienne!

(demain j’écris, promis)

C'est pas ma faute, ce silence dans Ceciel blablate photo1-300x300

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le
A 16:40
Commentaires : 5
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour février 2012

Citrouille

Famille nombreuse oblige, nous avons dû nous résoudre à changer de voiture.

Prince-Prince, comme vous pouvez l’imaginer, a mis tout son coeur dans la recherche du carosse idéal. Benchmark, recherches, négociations, sueurs froides…je vous épargne les étapes de ce qui fut un marathon, mais notre nouvelle voiture rutilante est enfin arrivée le week-end dernier.

Bien entendu, je n’ai pas le droit de la conduire (paraît que j’aurais pas le compas dans l’oeil dans les parkings souterrains, diffamation !).

De son côté, Prince-Prince montre son nouveau joujou à tous ses amis avec une fierté qui me semble  -sans mauvaise foi- un poil moins enthousiaste que celle manifestée à la naissance de nos enfants. Les hommes et leur bagnole. Passons.

 

Toujours est-il que…Vengeance? Lucidité? Malveillance? Ce matin, Godzilla a copieusement vomi dans la précieuse voiture que conduisait fièrement son père.

Redevenu citrouille, notre carrosse a donc été baptisé grâce à notre petit être de 18 mois. Au téléphone, en m’apprenant la terrible nouvelle, j’ai senti la détresse dans la voix de Prince-Prince.

Il m’a presque semblé entendre s’entrechoquer les idées dans son cerveau en état de choc: « Que faire d’un enfant enduit de vomi dans un siège auto? / Tu crois que ça va recommencer? Mais pourquoi tu lui a filé un sojasun au chcoolat ce matin, le chocolat ça tâche! / Putain il a vomi dans la nouvelle caisse, LA NOUVELLE CAISSE!…/ Ma vie est foutue.. »

 

Les enfants, ou l’art de nous remettre les pieds sur terre.

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 9 février, 2012
A 13:29
Commentaires : 2
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour février 2012

Preuve de vie

Ceci est la preuve que je suis toujours en vie.

 

Effectivement, je respire, je m’alimente et mes petits doigts agiles sont capables de pianoter sur un clavier.

Cependant, il me manque un élément précieux pour faire de cette vie qui m’habite quelque chose de significatif : le temps.

 

…c’est dur parfois d’avoir 3 enfants, ceci n’est pas un mythe.

 

Toutefois, depuis 4 jours, Bébée semble disposée à faire ses nuits (22h-7h). Oui, de vraies nuits. Je tais cette chance honteuse de peur de la faire s’envoler, comme les voeux qu’il ne faut jamais faire à voix haute.

(Il paraît que c’est assez fragile, le bonheur).

Si cette aubaine se confirme, cela signifierait donc un probable retour retour au clavier d’ici…bientôt.

En attendant, sachez que ma bébée est belle et rose, pousse bien, que ses beaux-pieds sont déjà bien droits et qu’on s’attaque aux finitions avec tenacité (encore 3 ans…pfiuuu). Ah oui, et elle a fait un séjour de 8 jours à l’hosto pour cause de bronchiolite vilaine mais la voilà bien remise. La routine.

A part ça Joliepetite est trés en forme et se fait harceler de bisous sur la bouche par un énergumène de sa classe. Paraît que c’est pour l’embêter uniquement. Ma fille ne comprend rien à la douceur des sentiments romantiques, mais ce n’est pas pour me déplaire, j’avoue.

Godzilla, lui, godzille désormais activement sa crèche ( soulagement pour notre mobilier fragile et nos nerfs délicats) et se roule dans le bonheur de la vie en collectivité.

Le verbe godziller lui va en tous cas comme un gant, plus que jamais. Mais il est canon de bonne humeur cet enfant, il faut admettre qu’il a la destructivité outrageusement charmante. Blondinet, va.

 

En bref, après 2 mois d’apnée familiale : que du bon!

 

A trés vite…

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 3 février, 2012
A 13:03
Commentaires : 3
 
 
 

UN AN DE MA VIE |
angelca29 |
Monde en noir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A JEUDI
| youmeinthesky
| Tentation