Ceciel, Tête en l’air…

 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2010

Fail

Après une soirée de contractions ultra-douloureuses mais absolument pas régulières, c’est l’échec : PetitPanda n’est pas sorti découvrir le vaste monde.

Du coup j’ai l’utérus en compote (un peu comme des courbatures après un jogging difficile et à froid) et le moindre tiraillement me fait un mal de chien.

Du coup pour fêter ça je suis d’une humeur de dogue.

Allez, aujourd’hui c’est acupuncture. On va bien finir par y arriver…

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 27 juillet, 2010
A 6:48
Commentaires : 3
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2010

J’ai demandé à la lune…

Chère pleine lune,

Aujourd’hui nous sommes le 26 juillet et tu es à ton top. C’est marrant parceque je suis née un 26 juin, et Joliepetite un 26 octobre. Alors tu crois pas qu’on serait heureux comme des pains au chocolat si tu pouvait faire arriver PetitPanda ce soir? Je sais, ça a l’air con mais j’ai jamais eu la mémoire des chiffres donc t’imagines pas les tracas que tu m’éviterais en accédant à cette demande.

Si je fais appel à toi, c’est que j’ai tout tenté pour encourager la bête à sortir de sa tanière : la marche, le ménage, la voiture, un décollement de placenta (assez douloureux tout compte fait).

Mais rien n’y fait.

Chère pleine lune tu es ma dernière chance. Prince-Prince et moi, on compte fort sur toi et on est très pressés, car notre Joliepetite expatriée en Normandie commence à trouver le temps long loin de sa délicieuse maman.

(c’est là que je me rends compte que je dois être une mère formidable : Joliepetite me réclame à cor et à cri, et PetitPanda ne veut pas me lâcher l’utérus. Ca doit être ça qu’on appelle la popularité).

Mon désespoir est si profond que j’ai pris un rendez-vous demain pour une séance d’acupuncture.

Chère pleine lune tu vois bien que si tu ne te bouges pas le fondement rapidos, dans 48 heures maximum je suis capable de devenir scientologue ou même pire de suivre les conseils de Rika Zarai sur les tisane de fleurs de framboisier.

Alors voilà, je compte sur toi. Ce soir je ne fermerai pas mes volets afin que tes ondes bénéfiques fassent leur boulot.

Et sache que si cette opération « Sauvez Ceciel » est un échec, je t’en tiendrai personnellement responsable et je cracherai par terre à chaque fois que j’entendrai le tube des années 80 de Mecano ou celui d’Indochine tout aussi plaintif et insupportable

(mais pourquoi les références à la lune sont-elle toujours aussi mièvres bon sang? Heureusement que Shakespeare a relevé le niveau dans Romé & Juliet. je vous laisse relire la pièce pour vous faire une idée).

Bon voilà, c’est tout pour aujourd’hui. Souhaitez-moi du sang, de la sueur et des larmes. Sans quoi la folie me guette à brève échéance et je ne jure plus de la tenue correcte de ce blog.

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 26 juillet, 2010
A 16:24
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2010

Ouh la menteuse

Une chanson me trotte dans la tête depuis plusieurs mois : « La menteuse » de Carmen Maria Vega. J’adore l’énergie et la gouaille de cette petite mélodie un peu folle.

Mais aujourd’hui j’ai découvert en plus que cette fille avec sa voix rocailleuse est un véritable canon.

En tant que femme ça ne devrait rien me faire mais en réalité je trouve toujours ça génial une fille superbe qui sait s’encanailler. Sûrement un rapport avec mon incapacité personnelle à en faire autant, raisonnable et rationnelle que je suis…

Alors voilà, c’est cadeau!

Et puis si vous voulez une petite session live d’une autre chanson assez troublante (« Hiérarchie ») il y a le blog « Maman travaille » qui a fait une mise en ligne aujourd’hui.

Enjoy!

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 23 juillet, 2010
A 10:44
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2010

Panier percé

Oyez oyez bonnes gens…je suis toujours enceinte et plus impatiente que jamais de mettre bas.

Mon silence des dernières semaines est dû à un savant mélange canicule-préparatifs-siestes qui ne me déplaît pas mais dont j’appelle la fin de tous mes voeux désormais.

En clair, je veux être délivrée!

Ce post m’en rappelle un autre, 3 ans plus tôt, lorsque Joliepetite elle aussi squattait mon utérus avec une insistance irritante. Néanmoins, la grande différence entre ces deux grossesses est que pour celle-ci j’étais sensée accoucher vite et tôt en raison d’un col super décontracté du slip. Et me voilà finalement à 15 jours du terme fringante comme une jeune pouliche.

Ni mes 2 heures de marche quotidienne, ni un ménage forcené, ni même les efforts les plus déraisonnables (soulever un lit, déplacer une armoire) ne semblent motiver ma grosse bosse à sortir de son palace 5 étoiles.

Faut avouer, la grossesse pour moi est une terrible mise à l’épreuve. Je suis résolument impatiente, j’aime aussi tout maîtriser et surtout, surtout, j’aime être le boss. Alors cette attente floue, cette impuissance…c’est simple, je deviens DINGUE!!!!

Pour passer le temps, je sors chaque jour pour préparer notre petit nid. Il n’y a pas grand chose à trouver puisque la plupart du matériel a été acheté à la naissance de Joliepetite, mais avec un peu d’imagination, de mauvaise foi et une once de perfectionnisme j’ai réussi à trouver ces derniers jours des tas de trucs à acheter : ombrelle de poussette, mini-chaussettes (les autres ont mystérieusement disparu), turbulettes d’été, soldes vestimentaires en pagaille et une piscine gonflable pour le balcon du mois d’août…Sans compter les achats destinés à ma Joliepetite en pleine crise d’adolescence.

En effet, elle a manifestement décidé de grandir d’un coup. En 24 heures elle a jeté toutes ses précieuses tétines à la poubelle, remplacé le sacro-saint biberon du matin par un bol de céréales, et adopté son nouveau vélo comme remplaçant officiel de la poussette.

Oui je sais ma fille est formidable, mais devant tant de changements, c’est nous qui avons du mal à suivre le rythme. J’ai donc investi dans quelques livres sur l’arrivée d’un petit frère, la gestion des colères et des cauchemars (dont elle nous gratifie avec une générosité tout à fait dispensable ces derniers temps) et un réveil intelligent destiné à lui faire comprendre à partir de quelle heure elle peut débarquer dans notre lit en hurlant « C’est l’heure du petit-déj! ».

Alors voilà je le déclare solennellement : pour ma santé mentale et pour mon compte en banque, il est urgent que ce bébé arrive.

Heureusement, le médecin, sensible à ma détresse a promis d’essayer un petit déclenchement en douceur samedi matin. Ni lui ni moi n’avons envie de sortir l’artillerie lourde (perfusion et compagnie) mais un petit coup de pouce en passant ne sera pas de refus.

Alors samedi, pensez à moi!

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 21 juillet, 2010
A 15:32
Commentaires : 6
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2010

Top ten

Chose promise, chose dûe : voici un petit top ten des lectures que je vous recommande pour l’été.

Après avoir longuement tergiversé, j’ai fait une liste plutôt légère, dans l’idée qu’on est pas là pour se faire emmerder ni se lancer dans la lecture de grands classiques par 40° à l’ombre.

L’été c’est fait pour être frivole et distrayant, alors voici ma sélection pour ne pas vous faire mal aux neurones tout en satisfaisant quand même les amoureux du joli style.

Et pour les puristes, je propose un petit bonus des 6 ouvrages majeurs qui m’ont accompagnés longtemps mais qui ne sont pas exactement des lectures légères ni distrayantes…plutôt des monuments de la littérature qui font un bien fou si on s’astreint à leur lecture minutieuse.

Je n’ai plus qu’un mot : ENJOY!

Lectures de l’été :

1 – Nick Hornby : « Vous descendez?« . Incontestablement le roman de N. Hornby que je préfère, et paradoxalement le moins connu. Il est un peu improbable (ou comment une réunion de candidats au suicide peut porter des fruits insoupçonnés), rythmé, surprenant, mais on retrouve la touche rock-n roll et éternel adolescent qui séduit tant chez cet auteur.

2- Olivier Adam : « Des vents contraires ». C’est beau un homme triste qui aime ses enfants. C’est beau un écrivain aussi sensible. C’est beau un roman qui ne paie pas de mine et remue pourtant autant de choses. Je suis fan d’Olivier Adam corps et âme mais ce roman-là à quelque chose de plus que les autres. Parcequ’il n’est pas que la chronique douce d’une dérive. Vous comprendrez en le lisant.

3- George Sand : « Elle et lui ». ce n’est pas exactement un excellent livre. C’est plutôt un agréable objet littéraire. Si comme moi vous aimez la petite histoire dans la grande histoire, ce récit autobiographique des amours de George Sand et Alfred de Musset vous ira droit au coeur.
C’est encore mieux de le lire après ou avant « Confessions d’un enfant du siècle » qui est cette fois-ci le même récit narré par ledit Alfred. Et puis pour conclure en apothéose, louez le pas-si-mauvais film de Diane Kurys « Les enfants du siècle » avec avec Juliette Binoche et Benoît Magimel. Pendant longtemps, cette histoire a été mon « Twilight » à moi, une belle histoire d’amour qui me laissait rêveuse…

4- Emmanuel Carrère : « D’autres vies que la mienne ». Impossible de qualifier cette lecture de frivole mais elle me paraît pourtant indispensable et paradoxalement très aisée. Les sujets sont terribles – des ravages du tsunami à ceux du cancer d’une jeune maman – mais racontés à la première personne par un écrivain en pleine sincérité. Ce qu’on touche avec ce livre, c’est exactement cela : d’autres vies que la nôtre. Des vies simples avec leurs éclats, des vies auxquelles on essaie de donner un sens, des vies qui parlent bien et parlent vrai. Et le regard lucide d’un homme sur sa frivolité personnelle mais habité par l’amour du récit.

5- Simone de Beauvoir : « Lettres à Nelson Algren« . Où l’on découvre que la philosophe avait un coeur, avait de la passion et de la spontanéité. Là encore, récit d’un bel amour. Bel et bien vécu, ancré dans son temps. Lire cet épais recueil, c’est comme lire la chronique d’une décennie et un journal intime dans le même temps. Savoureux.

6- Ian Mc Ewan : « Expiation ». Je trouve le titre assez nul et le film qui a été commis à sa suite tout autant, mais le livre, lui, vaut le détour. Le récit est fait de plusieurs points de vue à plusieurs années d’écart. L’intrigue est autant amoureuse qu’historique et psychologique. C’est un roman assez étonnant au final, on met quelques pages à comprendre à quel objet littéraire on à affaire, puis l’histoire nous enveloppe et l’on est embarqué dans ce voyage sans difficulté. Ou comment un été merveilleux et tragique influe sur la vie de tant de personnes.

7 & 8 – John Irving : « Une prière pour Owen » et Douglas Kennedy : « La poursuite du bonheur« . Il m’est difficile de choisir un roman en particulier dans les oeuvres prolifiques de John Irving et de Douglas Kennedy. Ils produisent en effet avec une régularité de metronome des pavés distrayants, bien écrits et remarquablement ficelés. On n’est ni dans le thriller ni dans le roman, et pourtant pas dans l’art majeur.
Mais c’est un fait, les américains savent y faire, en matière d’entertainment. Il y a de cela dans John Irving et Douglas Kennedy. Des intrigues soignées et profondes, une belle écriture, le plaisir aussi d’un roman dense et riche, loin des faméliques 120 pages nombrilistes de nos avares écrivains français actuels. En bref, je vous recommande toute la bibliothèque John Irving / Douglas Kennedy. Lecture de plage surprenante, dense, captivante…et satisfaisante à 100%!

9- Kressmann Taylor : « Inconnu à cette adresse« . 40 pages d’un échange épistolaire toute en subtilité. Ou comment détruire une vie avec une plume. Stephan Zweig n’aurait pas fait mieux!

10- Stefan Zweig : « 24 heures de la vie d’une femme ». Encore un auteur dont j’ai lu toute l’oeuvre avec avidité et dont je recommande la lecture chaudement. N’importe quelle oeuvre fera l’affaire tant le style est agréable, les intrigues délicates et intelligentes. Mais mon chouchou à moi, ce sont ces 24 heures qui ont tout changé. J’aime le battement d’aile de papillon qui secoue tout un monde.

Ensuite, en vrac, n’hésitez pas à vous plongez dans quelques auteurs excellents dont tous les romans valent la peine d’être lus : Modiano, Paul Auster, Tonino Benaquista, Isaac Singer.


Enfin, pour ceux et celle qui auraient mal à la tête et très envie d’absolue légèret
é, je vous recommande dans des registres radicalement différents tous les romans de ce sacré coquin de Nicolas Rey et les 4 tomes de Twilight de Stephanie Meyer.
Les uns comme les autres ne font pas de mal et son diablement distrayants! Ils n’auront pas le Goncourt c’est certain mais j’assume : vive la frivolité!

Et pour la liste des 6 oeuvre classiques qui font du bien, qui font grandir et qu’il fait bon avoir lu :

- Marguerite Yourcenar : « L’oeuvre au noir »
- Mishima : « Confessions d’un masque »
- Tolstoï: « Anna Karénine »
- Maupassant : « Une vie »
- Balzac : « Le Père Goriot »
- Flaubert : « Madame Bovary »

J’espère que vous prendrez autant de plaisir que moi à lire toutes ces belles histoires…Bonnes balades estivales en si bonne compagnie!

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 9 juillet, 2010
A 13:19
Commentaires : 5
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2010

Wait and see

Non je n’ai pas été happé dans une faille spatio-temporelle. Je savoure juste la tranquilité de ma première semaine sans travail.

Enfin, « tranquillité« … tout est relatif dans la mesure nous continuons notre chemin de croix immobilier-financier entre vente et achat d’appartement, travaux, banques et tout le toutim.

Néanmoins, tout cela est moins pénible lorsqu’il n’y a pas simultanément de client ni de dossier à gérer. Et qu’il n’y a pas non plus de comptabilité à suivre ni de coordinations scabreuses à organiser pour la garde de Joliepetite.

Alors voilà, je prépare petit à petit l’arrivée du bébé. Bientôt, je franchirai l’étape décisive de la préparation de valise.
Et déjà, Joliepetite est à fleur de peau, toujours la larme à l’oeil, ne se séparant plus d’un joli doudou qu’elle avait choisi pour son petit frère et qu’elle agrippe frénétiquement en lui susurrant « Ze t’adore joli mouton ».

Et de mon côté? Je lis, je lis…la pile de livre descend dangereusement. Je crains de n’avoir bientôt plus rien à lire pendant mes futures nuits lactées.

Je regarde aussi des films. Je vais même au cinéma voir Twilight 3, vous vous en doutez. Heureuse surprise, le N°2 était nullissime, le 3 rattrape un peu le coup. Mais décidément, un film n’est jamais – jamais – à la hauteur d’un livre. J’en finir même par douter d’aller voir les 2 prochains opus.

Tout cela m’occupe donc bien et je me régale de ces journées bien remplies mais à mon rythme, chose qui ne m’est pas arrivée depuis des lustres.

Si l’on excepte la canicule, cette parenthèse ne me déplaît donc pas.

Et je savoure cet état d’autant plus intensément que la tendance est nettement celle d’un accouchement en avance.

Me voilà à 1 mois de la date prévue et déjà la sage femme me demande de me tenir prête.
Déjà le médecin m’interdit de trop m’éloigner de la maternité.
Déjà, Prince-Prince part terrifié au travail le matin en se demandant s’il aura le temps de revenir dare-dare en cas de besoin.

Car on me prédit aussi un accouchement ultra-rapide. Elle est pas belle la vie?!

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 8 juillet, 2010
A 14:57
Commentaires : 3
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2010

Surprise!

Hier nous avons eu une surprise. Pas de celles qui réjouissent tout à fait. Plutôt de celles qui font serrer les fesses en espérant que tout le monde en sortira indemne.

En ce premier jour de juillet, ma nièce a décidé de sortir du ventre de sa maman avec 2 mois d’avance.

Je vous avais raconté que mes 2 belles-coeurs étaient enceinte elles aussi et que nous devions accoucher à quelques semaines à peine d’intervalle. Et bien cette belle-soeur là était sensée accoucher en dernière position, le 30 août.

Mais voilà que le 1er juillet, Capucine décide de montrer son nez. Du genre pas négociable, la sortie.

Il y a donc eu force angoisses, contre-informations, gros soupirs et quelques larmes aussi…pour finalement voir arriver une pas-si-crevette de 2 kg!

Combative, la petite s’est débarrassée de son respirateur à peine quelques heures plus tard et la voilà en soin kangourou avec sa maman, où elle apprend à réguler sa petite toute petite température et à s’alimenter avec les moyens du bord. Les si-petits-bébés n’ont pas le mode d’emploi, il leur fait du temps pour apprendre.

En résumé, tout le monde est soulagé de voir que ma chétive belle-soeur a su faire un bébé taille XXL, parfaitement équipé pour affronter une arrivée précoce parmi nous. Bravo à elle, et à mon petit frère le papa. Les choses sérieuses commencent!

…Et de mon côté, la fin du travail et cet épisode riche en émotion ont achevé de me rappeler combien nous allons apprécier l’arrivée de notre petit colis. Sûrement très bientôt. Souhaitez-le-moi, d’ailleurs, car la canicule par gros ventre ce n’est pas exactement la panacée (si vous êtes sages je posterai peut-être des photos de mes orteils mutés en Knakis Herta).

En attendant je tente de mettre de l’ordre dans notre bérézina habituelle (vente d’appart, achat d’appart, travaux, prêt bancaire, visites) tout en commençant à m’affoler sur les préparatifs d’accueil (où le berceau? comment les fringues? anesthésiste? Sage-femme? Prises de sang? etc.).

S’il pouvait me laisser 15 jours pour régler tout ça, le marmot, je ne dirai pas non…

Dans : Ceciel blablate
Par ceciel
Le 2 juillet, 2010
A 9:34
Commentaires : 3
 
 
 

UN AN DE MA VIE |
angelca29 |
Monde en noir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A JEUDI
| youmeinthesky
| Tentation